Revue de poésie contemporaine

Trois textes

T

 

puis vous décidez : de ne plus, décider puis. par l’extrême courant l’extrême, tempête, vous vous laissez : emporter. un silence bien plus grand en vous, vous, décidez soudain vous, du fond de vos corps, cette fidélité à l’os, et à la pierre. dans votre devenir minéral dans votre lente descente : vers le sol vous, décidez : de devenir. la langue très langue encore en vous ça : déborde la langue très langue vous, décidez, de ne plus jamais décider. quelque chose du désastre s’agglutine dans votre lente avancée quelque chose, s’agglutine du désastre, votre avancée, lente votre, désastre, quelque chose s’agglutine, du, dans, votre désastre, quelque chose avancée lente, s’agglutine votre, désastre dans, du votre lente, désastre s’agglutine, quelque chose, dans s’agglutine votre, désastre lente, du dans du, quelque chose, s’agglutine, votre lente avancée.
ça n’a pas de
prises ça.
quelque chose :
échappe vos.
ça échappe
n’a pas.
ça : dans.
devenir-terre.
devenir-pierre.
devenir-tempête.

quelque chose de la rage et du silence vous rattrape, quelque chose : de la rage vous, incite à, espérer. seulement la langue, seulement, seulement la langue, seulement la langue seulement, seulement, la langue, seulement seulement la langue, seulement, seulement la langue, seulement. seulement la langue.
il y a une déchirure une, dislocation une, dans les yeux une dislocation la, possibilité d’une faille ça : traverse le regard traverse pourtant traverse. ça se : possible se, devient. il y a une déchirure. quelque chose qui ne peut être : continué pourtant. il y a : une déchirure. quelque part dans la nuit ça travaille ça, engendre, d’autres syntaxes, quelque part, dans le, vivre. la déchirure encore et jusqu’à la fin jusqu’à la nuit, d’autres syntaxes et, respirer, bien au milieu respirer, respirer toujours, bien au milieu, respirer encore respirer, la : déchirure, comme jamais bien au milieu, respirer, tandis que
vous
ne
savez plus
comment finir
vous,
ne savez
plus,
comment ce
silence
à finir vous
ne
savez
plus.

comment finir vos jours attendre lorsque, rien n’a commencé, finir vos jours comment attendre lorsque, vos jours commencé rien, n’a lorsque finir, comment vos jours, lorsque rien lorsque, attendre finir, rien commencé vos, jours lorsque, comment, comment finir commencé, vos jours rien, lorsque, finir n’a : commencé rien vos jours, attendre finir, rien vos jours rien, lorsque finir comment, attendre commencé.
vous vous demanderez vous espérerez, seulement demain autre chose seulement demain, vous vous demanderez, ce qu’il restera après votre départ seulement. ce qu’il restera, lorsque vous aurez franchi le seuil la frontière, franchi dévié chaque chemin dévidé évidé. vous vous demanderez, vous espérerez. lorsque vous aurez franchi. vos lendemains pas tout-à-fait clairs pas tout-à-fait consistants, vos lendemains, et ce qui vit au-dessous. vous parlez d’une langue inerte votre peau votre, langue, parlez inerte votre peau, d’une langue inerte, vous parlez d’une peau inerte, votre langue d’une peau vous, inerte, parlez d’une langue d’une peau vous, parlez, d’une peau d’une langue inerte votre, peau, vous parlez, d’une langue inerte. d’une nuit à l’autre vos yeux tentent de percer, l’aveuglement qui rampe d’une nuit à l’autre comme une angoisse, les pierres vos yeux de ne plus saisir, l’aveuglement, rampe. d’une nuit à l’autre. comme une angoisse.
chaque matin
la nuit,
la nuit chaque
matin la,
nuit le
matin chaque,
nuit la
chaque nuit la.
chaque.
une angoisse diffuse.

 

Auteur(s) / Artiste(s)

Yannick Torlini

Né en 1988 à Nancy, poète et explorateur de la malangue, Yannick Torlini anime depuis 2010 le blog Tapages (http://tapages.over-blog.fr/), qui s’attache à mettre en avant les liens entre corps, voix, et langue, dans un activisme du poème au quotidien. Il a publié en 2012, aux éditions l’Harmattan, une étude sur Ghérasim Luca : Ghérasim Luca, le poète de la voix : ontologie et érotisme. Ses dernières publications poétiques : Nous avons marché (éditions Al Dante), Camar(a)de (éditions Isabelle Sauvage), et Tandis que (éditions Derrière la salle de bains). Il participe à de nombreuses revues, dont Doc(k)s, Ouste, ATI, Contre-allées, Art matin, Boxon, Phoenix, Place de la Sorbonne, Dissonances…

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 172 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :