Skip navigation

Distances

*

J’ai cueilli des fleurs sous leurs couleurs mortes
et je les ai posées dans la mémoire
où tu ne reviens que pour fermer tes fenêtres,
tes volets, tes yeux, tes silences.
Où tu ne reviens que pour disparaître
chaque jour un peu plus.
Moi je te chante encore,
mais dans des chansons
que le vent ne sait plus où porter.

*

Je m’en vais quelque part,
je reviens je ne sais pas d’où.

Les pays que j’ai parcourus
m’ont caressé de vent et de sable,
aucun ne m’a cloué à son soleil.

Mais rester libre d’en revenir
c’est être libre de les oublier : j’ai voulu voyager
sans passé à poser dans des traces.

*

Je garde du ciel pour plus tard
et j’éteins celui-ci
pour qu’on ne me voie ou me vise
pendant que je jette le vent dans vos arbres,
le feu dans vos greniers,
pendant que j’arrache
d’entre vos mains jointes
vos fausses prières,
pendant que j’emplis
de sable votre soif.

C’est moi que vous entendez entrer de nuit
dans tout ce que vous êtes et possédez
pour le détruire,
pour qu’au vôtre jamais
ne ressemble mon ciel gardé pour plus tard.

 


Jean-François Mathé

Jean-François Mathé est né en 1950. Il a été professeur de lettres en lycée. Il vit dans un village du Poitou.

Il a publié 15 livres de poèmes aux éditions Rougerie, dont Contractions supplémentaires du cœur, 1987 (Prix Artaud) ; Corde raide fil de l’eau, 1991 ; Le Temps par moments, 1999 (épuisé – Prix du Livre en Poitou-Charentes) ; Le ciel passant, 2002 (épuisé – Prix Kowalski de la Ville de Lyon) ; Chemin qui me suit précédé de Poèmes choisis 1987 – 2007, 2011 ; La vie atteinte, 2014…

A paraître : Retenu par ce qui s’en va, éditions Folle Avoine, 2015.

Des textes et des poèmes ont paru dans diverses revues (Autre Sud, la N.R.F., Lieux d’être, Arpa, Friches, Voix d’Encre, Décharge, Phoenix, Diérèse…) et dans les revues en ligne Recours au Poème, Terres de Femmes, Terre à Ciel, Lieux-Dits, Beauty will save the world…

Certains de ses poèmes ont été traduits en allemand, espagnol, tchèque, anglais.

Il a reçu en 2013 le Grand Prix International de Poésie Guillevic-Ville de Saint-Malo pour l’ensemble de son œuvre.

 

%d blogueurs aiment cette page :