Revue de poésie contemporaine

Au nom…

A

 

AU NOM CHALAND

Voltaire, malgré son nom, parle beaucoup et est très honnête. Très candide et ingénu, il se plaît à dire le monde comme il va.

René Barjavel, malgré son nom, n’est pas un poisson ni une solution liquide oxydante. Voyageur imprudent, le diable l’emporte sur les chemins de Katmandou.

Jean Cocteau, malgré son nom, n’est pas un gallinacé et aime se lever tard. Enfant terrible, il fait le grand écart entre le livre blanc et Thomas l’imposteur. Ce qui lui vaut un sacré Potomak.

 

AU NON DE DIEU

André Breton, malgré son nom, est né à Tinchebray dans l’Orne en Normandie. Il cultive l’amour fou et ses champs magnétiques avec Nadja et prend, de temps en temps, la clé des champs.

René Char, malgré son nom, n’est pas un véhicule blindé à chenilles. Avec fureur et mystère et armé d’un marteau sans maître, il fait l’éloge d’une soupçonnée pour une parole en archipel.

Achille Chavée, malgré son nom, n’est ni une cale ni un mammifère carnivore félin de taille moyenne au museau court et arrondi. Il est éléphant blanc qui boit à pierre fendre les décoctions de neige rouge pour cause déterminée.

AU NOM DE LA PANTHÈRE ROSE

Pierre Corneille, malgré son nom, n’est pas un oiseau passereau de couleur noire voisin du corbeau et il ne bâille pas la tête en l’air. Et pour la veuve Clitandre, pour Horace ou pour Œdipe, c’est l’innocence persécutée… Que dis-je… C’est la mort de Pompée.

René Descartes, malgré son nom, n’est pas de crédit ni d’identité. Et rechercher la vérité par les lumières naturelles conduit inexorablement la passion de l’âme aux météores. Qui dit géométrie dit méthode. Qui dit méthode dit discours. Et qui dit discours règle la direction de l’esprit.

Jean Racine, malgré son nom, n’est pas une partie souterraine d’un végétal qui lui permet de puiser dans le sol les éléments nécessaires à sa nutrition. Et Alexandre le Grand aime Bérénice qui aime Mithridate qui aime Iphigénie qui aime Britannicus qui aime Esther. Qui aime me suive.

AU NOM DU FIST

Georges Simenon, malgré son nom, quand il dit oui… Et bien, cela veut dire oui. Il a le coup de lune facile et regarde passer les trains avec la danseuse du Gai-Moulin mais les gens d’en face, ceux de la maison du Canal, lisent les rapports du gendarme et sont au courant pour le pendu de St-Pholien.

Maurice Carême, malgré son nom, n’est pas une période de jeûne de quarante jours institué par le christianisme ni un grand véhicule automobile utilisé pour le transport en commun de voyageurs et, en plus, il déteste tout. L’eau passe et le pigeon vole entre deux mondes et la bien-aimée, femme, flûte au verger dans un hôtel bourgeois est ou n’est pas.

Jacques Izoard, malgré son nom, n’est pas un col situé dans les Hautes-Alpes à une altitude de 2 361 mètres ni une étape intermédiaire du Tour de France. Vêtu, dévêtu, libre, il a dormi sept ans le vin rouge au poing, et le corps caressé, il s’en est allé dans une rue obscure.

AU NOM DE L’ALOI

Amin Maalouf, malgré son nom, n’est pas le contraire du bien et le verlan ne l’a pas rendu fou. Son ami Léon l’Africain s’est perdu dans les jardins de lumière et complètement désorienté après le périple de Baldassare, il s’est endormi au pied du rocher de Tanios.

Éliette Abécassis, malgré son nom, n’est pas fille de moine supérieur et ne rentre pas dans la composition du kir. Tu es répudiée Sépharade… Te voici permise à tout homme. Mon père, celui de la dernière tribu, a lu le livre des passeurs et le palimpseste d’Archimède, il est le messager.

Marek Halter, malgré son nom, n’est pas une masse pesante dont on se sert pour développer sa force musculaire. Je me suis réveillé en colère. Un homme. Un cri. Le Fou et les rois attendent le Messie. J’attends Bethsabée.

AU NOM ÉLUCIDÉ

Guillaume Apollinaire, malgré son nom, n’est ni vulgaire ni rêche ni de la guerre. Le guetteur mélancolique a 11 000 verges et Lou tombe dans les alcools. Je ne suis plus que l’ombre de mon amour pour Mirely, le petit trou pas cher.

Stéphane Mallarmé, malgré son nom, est bien gréé. Hérodiade et les dieux antiques ont le don du poème et la brise marine par l’après-midi d’un faune, c’est comme un coup de dés qui n’abolira jamais le hasard.

Jacques Roubaud, malgré son nom, est blond cendré et n’a qu’un seul bail. La dernière balle perdue est pour le chevalier silence et La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains. Nous, les moins-que-rien, fils ainés de personne attendons la belle Hortense.

AU NOM DU PAIR

Joë Bousquet, malgré son nom, n’est pas un assemblage de fleurs coupées et serrées les unes contre les autres à qui on aurait ajouté un « s » malencontreux. Le meneur de lune traduit du silence.

Benjamin Péret, malgré son nom, n’est pas le fils de Pierre et n’aime pas les jolies colonies de vacances. Je ne mange pas de ce pain-là et dormir, dormir dans les pierres. Un point, c’est tout.

Raymond Queneau, malgré son nom, n’est pas le mâle assorti de la quenelle de Lyon. Zazie court les rues. Zazie bat la campagne. Zazie fend les flots. Non ! Zazie est dans le métro. C’est un exercice de style mais le chien à la mandoline, lui, a une gueule de pierre et l’instant est fatal.

AU NOM DU SEIN… EST-CE PRIS ?

Tristan Corbière, malgré son nom, n’est pas un instrument à vent ni une callosité douloureuse qui affecte le pied. Et, en plus, quand il se saoule, c’est à l’eau-de-vie et ce pour tromper la mort. Les amours jaunes à Paris, c’est la bohème chic après la pluie. A une rose. A Zulma. A ma jument souris.

Isidore Ducasse, malgré son nom, n’est pas une fête traditionnelle de village en Belgique et dans le nord de la France. Je chante mal, je dors, or… L ‘homme n’est pas moins immortel que l’âme.

Arthur Rimbaud, malgré son nom, n’est pas un organe qui élimine les toxines et assure, par filtration et excrétion d’urine, l’homéostasie du sang et de l’organisme en général et il est lait comme une perte blanche. Le bateau est ivre. La saison est en enfer. C’est l’illumination.

AU NOM DE L’ART ROSE

Jacques Brel, malgré son nom, n’est ni un bon à rien, ni un assemblement de morceaux de bois en radeau, ni… Pour les Belges… Car Jacques Brel était belge… De la ciboulette. Les Flamandes vont à Vesoul. J’arrive à Amsterdam. Et les bonbons sentent ces gens-là et le plat pays. C’est la quête, fieu.

Georges Brassens, malgré son nom, n’est pas une partie du membre supérieur de l’homme qui va de l’épaule au coude ni la signification, le contenu conceptuel d’une expression. Le gorille a mauvaise réputation car amoureux des bancs publics, il chante pour l’Auvergnat et pense à Fernande. Les copains d’abord, oui… Mais seulement auprès de mon arbre.

Léo Ferré, malgré son nom, n’est pas garni de fer sous ses sabots… D’ailleurs… Il n’a pas de sabots. C’est extra, les amants de Paris sont à Paname. Je suis un chien qui n’a ni dieu ni maître. Et ma solitude, c’est la jolie môme.

 

Auteur(s) / Artiste(s)

Gaëtan Sortet

Né le 15 janvier 1974 à Namur, Belgique. Artiste pluridisciplinaire dont la base de travail est l'image (photo, vidéo, peinture) et le langage. Entré dans la poésie par le biais d'un haïku du maître japonais Bashô.

Vieil étang Une grenouille plonge Bruit de l'eau

Au gré de rencontres diverses dans le milieu de la poésie belge (Jacques Izoard, Ben Arès, David Besschops), il s'est mis à écrire des textes à la manière automatique et des aphorismes.

A publié
  • Une photo intitulée « Les Cris » dans la revue "Matières à Poésie".
  • «55 définitions de la Poésie à lire avant d’avoir vu Naples» dans la revue poétique française Népenthès.
  • Différents textes dans la revue L.ART en Loire. « Lettres et le Néant » et « L’Alphablet » dans le numéro 3 (octobre 2013). Et « Onomatopées des Ménages » dans le numéro 4 (janvier 2014).
  • Deux textes dans la revue « DéZOpILaNT ». « Phrases Lapin » dans le numéro 17 (décembre 2013). Et « L’Alphablet » dans le numéro 18 (avril 2014)
  • « AuNom2 » dans la revue Lélixire #8 du mois d’avril 2014.
  • Différents textes et travaux orientés art plastique dans le magazine « Levure Littéraire » de mai-juin.
  • « Lettres à Noah » dans la revue littéraire seychelloise SiPAY (numéro 11).

Travaille au sein du groupe poético-musical Tartart. (http://www.facebook.com/tartartpoesieetmusique) Regroupe actuellement son travail sous l’appellation et la signature ART. Voir site personnel. Site personnel : http://www.gaetansortet-art.be

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 182 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :