Revue de poésie contemporaine

Ce matin est candidat à sa propre succession.

C

 

Pris froid sur la nuque à vouloir rattraper le temps perdu en marchant. Vite. Ton foulard en soie. Des livres et une rolls.

 

Les petites magies du printemps se déploient avec des façons d’oiseau tombé du nid et ça sent la feuille nouvelle. Voilà.

 

Ce matin est candidat à sa propre succession.

 

Ma casserole ressemble, mais oui, à ce vampire croisé par hasard. C’était vers le Morbihan. Envie soudaine d’y faire bouillir un truc.

 

Et déjà, sous la douche, pour commencer ce samedi était aussi éphémère qu’une jonquille.

 

Ma langue suçote cette carotte que tu t’es mise à aimer d’un amour tendre en la découvrant plantée dans ces sables où je t’ai aimé, un jour.

 

Vu un homme marcher avec une fille. Vu comment sa femme, jalouse, a donc frappé du pied une pierre au hasard d’où est sorti un loup etc…

 

Pour un peu, cette soirée ressemblerait presque à une cuisine roulante où les plats défilent comme lors d’une fantaisie militaire.

 

Le jour s’écrase comme un vieux chien. La nuit avance à pas cadencés. Une défaite perdure. La victoire se perd dans la brume.

 

Je ne sais pas comment mon verre de Paddy s’y prend pour disparaître à l’heure où les officiers de l’armée du salut lancent l’assaut final.

 

Je jette un regard torve, évasif,des deux côtés du sofa. Et ça pendouille. Il y a ton vieux chandail pourri et nos fatigues. C’est joli.

 

Après, j’ai fait un autre rêve. Mais d’abord, le placard et la sorcière. J’adore le rêve de la sorcière. C’est un cauchemar assez marrant.

 

Et pourquoi pas. Oui. Devant son verre de Paddy gazouiller, comme ça, à l’ancienne. Sans lien. Ni dans les mains. Ni dans les poches.

 

Mes lentilles, n’empêche, j’en ai pas honte. Et même, tenez, à présent que cette journée touche à ma faim, oui, j’en suis fier. Voilà.

 

Se faire oublier dans un bol de nouilles en attendant qu’on livre la dépression que t’avais commandé, pensant me faire une surprise.

 

La pollution? Oh, juste un peu de brume comme garantie de discrétion. Voilà.

 

Disons que chaque matin, gris ou pas, l’engonçait dans son étui.

 

Dans le silence, les mains, sinon, elles s’aplatissent. Ou elles tricotent à la sauvette des désirs qu’un brin de laine pourrie entraîne.

 

Dans le silence, pourquoi faut-il toujours que les mains trouvent matière à s’ennuyer? Les mains, rien à faire, il leur faut du mouvement.

 

La rumeur de ces balles molles, ça sonnait creux, certes, mais au moins ça meublait le silence.

 

Auteur(s) / Artiste(s)

Benoit Jeantet

« Je n’ai pas toujours été ce que je suis. Au commencement, alors, je suis né.

Je suis né un 15 novembre et c’était en 1970.

Ensuite, alors, j’ai été un enfant. Un enfant tout d’abord élevé à l’ombre des contreforts pyrénéens. Et puis grandi sur le versant ouest de la butte Montmartre. La butte Montmartre, bien sûr, c’est à Paris.

C’est aussi à Paris qu’un peu plus tard, juste après une crise d’adolescence « normale », un deug d’Histoire tout bête et une licence de lettres classiques, je suis devenu pigiste pour plusieurs magazines « culturels ». Ces diverses expériences m’ont permis d’écrire sur les musiques populaires et électrifiées, le roman contemporain et même sur le sport. Aujourd’hui je ne vis plus à Paris.

Aujourd’hui je me consacre presque exclusivement à l’écriture (Roman, nouvelles et scenarii) avec une préférence pour les fragments.

On peut me lire ou me retrouver ici.

Mes ouvrages
  • Short stories (nouvelles) ; Atlantica-Séguier, 2007.
  • Ne donnez pas à manger aux animaux au risque de modifier leur équilibre alimentaire. (récit) ; Atlantica-Séguier, 2010.
  • Dictionnaire du désir de lire : Cent romans contemporains du monde entier (Avec Richard Escot) ; Honoré Champion, 2011.
Mes participations
  • Revue Brèves. n°79. Spécial Nouvelle-Zélande. (littérature-nouvelle), octobre 2006.
  • Rugby, une passion. Collectif sous la direction de Richard Escot ; Éditions la Martinière, 2010.
Sur le net
  • Hors-Sol (revue numérique) : Fragments (mai 2013)
  • Remue.net (revue numérique) : Je jure de dire la vérité (texte court), tévrier 2014.
  • Le jour dénudé (site) : Quatre textes courts, février 2014.

Et plusieurs publications (revues-projets éditoriaux) à venir.

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 172 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :