Revue de poésie contemporaine

L’été du grand nuage

L

« Tu es entrée, tu t’es dans l’alphabet assise
Et les oiseaux de tes épaules t’ont nommée
D’un nom de vérité qui fait peur à la brume »

 

Poèmes de Salah Stétié
Dessins de Thomas Wattebled

Lire la publication sur Calaméo
ou sur Issuu

Auteur(s) / Artiste(s)

Salah Stétié

Poète, essayiste, diplomate de carrière, Salah Stétié est un homme aux multiples facettes qui a marqué de manière saisissante la scène littéraire et politique au plan international. Né le 25 décembre 1928 à Beyrouth, il est l’auteur d’une œuvre considérable, écrite en français et traduite dans la plupart des langues d’Europe ainsi qu’en arabe.

Récompensé par plusieurs grand prix internationaux (dont le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et le Grand Prix des Biennales internationales de poésie de Liège), il a, tout au long de sa carrière, tissé des liens étroits avec des écrivains essentiels du XXème siècle, dont René Char, Yves Bonnefoy, André du Bouchet ou Michel Deguy, ainsi qu’avec des artistes comme Raoul Ubac, Antoni Tàpies ou Pierre Alechinsky avec lesquels il a collaboré pour de nombreux livres d’artiste.

Parmi ses récents ouvrages, on peut citer : Dans le miroir des arbres (Fata Morgana, 2011), Les Trois Médinas avec des photographies d’Alexandre Orloff (Éditions de l’Imprimerie nationale, 2011), D’une langue et Sur le cœur d’Israfil (Fata Morgana, 2012), Rembrandt et les Amazones et Une rose pour Wadi Rum (Fario, 2013), L’Être et Le chat couleur (Fata Morgana, 2014).

Thomas Wattebled

La peinture de Thomas Wattebled est marquée par l’importance particulière accordée au dessin, à la ligne, au trait. Ni maniériste ni tout à fait symboliste, chaque composition est une mise en scène presque cinématographique.

Ces dernières années, le travail du peintre a exploré diverses techniques, divers rendus visuels, tous consacrés à la présentation de portraits hybrides, métissés, étranges, de visages nombreux et ambigus, et de corps synthétiques, à la fois sculptés et organiques. Donner la chair, les os, la douleur ou le stupre par le dessin. Il y a, dans l’utilisation décomplexée de la couleur, dans la recherche inlassable d’une ligne sans artifice, dans la répétition continuelle d’images touffues et mystérieuses, dans l’exhibition de ces portraits «automatiques», quelque chose d’une esthétique de la névrose, de l’excès, de la frénésie, qui fait vibrer une des cordes de l’inconscient collectif, et provoque à la fois fascination et malaise.

Globe-trotter sans cesse en mouvement et artiste autodidacte, il a trouvé ses marques et son inspiration à Paris, Bruxelles, Bologne, Tokyo, Bangkok, Vientiane, Phnom Penh, les caraïbes…

En décembre 2015 il est invité en résidence en Haïti à Port au Prince par l’association Promart, pour y exposer avec une trentaine d’artistes locaux et du monde entier.

Sa prochaine exposition sera entièrement consacrée à Haïti.

Il est aussi graphiste et illustrateur en freelance et développe une vue plus large de son univers au travers de la vidéo ou de l’animation et du web.

Sa page Facebook : www.facebook.com/thomaswattebledartparis

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 182 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :