Skip navigation

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)





LA GRANDE FUGUE






I.




Pas de faste dans les ombelles portées haut
Pas d’exubérance dans l’éparpillement des fleurs
Véronique, narcisses, œillets et asphodèles
Du blanc du rose du bleu du jaune
Comme on dit le pain et le vin
Sans nuances pour blesser leur candeur

C’est de l’origine parcourant tes recoins
Un cri brusquement doré
Qui se cogne aux parois
Puis s’éteint dans des mots élimés
Il faudrait des paroles semblables aux fleurs
Avec leurs principes avec leurs parfums

Le vent prend corps dans l’herbe haute
Mais nous
Qui nous consolera de la césure ?




II.




La lumière
Une poignée d’oiseaux
Tout ruisselle

Du feu crissant des genêts
Ricochent des tremblements de soleil

Clartés prolongées dans les sonnailles

Marguerites libérées des prophéties
Tout se tait qui ne soit oiseaux ou grillons

Plus rien ne pèse pas même les pensées

Peur abandonnée dans les bois sombres
Débris de nuit enfermés dans la neige

Séisme lent dans le parfum sourd des narcisses

C’est le grand corps de la terre
Gorgée d’eau vaillante et d’astre tiède

Un homme une femme
Une coulée d’ombellifères
Ils avancent

Souverains






ROCH - "Dès le premier matin du monde", 1999. Acrylique sur panneau 180 x 100

ROCH – « Dès le premier matin du monde », 1999. Acrylique sur panneau 180 x 100






III.




Alouette envolée du poème
Son chant vertical
Dans l’espace aux doigts de pluie

Océan d’herbe haute balisé de genêts
Frémissement des ombellifères
Constellations de boutons d’or

La prairie brasille

Le ciel partout
Entour lustral
Où régénérer le cœur

Vie immédiate
Princière
Toute ombre disparue des asphodèles




IV.




Et le regard s’aimantait au juste horizon

Crête butant sur la ligne des nuages
Le ciel ensemence la terre
Pierre angulaire de l’herbe rase et du silence
Des flaques de pensées envoûtent les pas
Leur feu violet sur la terre déchiffrable
Toute nuit retardée par leur clarté
Air aminci dans le vent naissant
Air un peu triste au jour tombant
Crainte sacrée de la neige du Monde
Mais la promesse d’un giron de pierres
Mais la certitude d’une flambée

Le présent bien chaud dans un bol de faïence









Ghyslaine LELOUP

 

Née le 1er février 1956. Enfance en Normandie près d’Omaha Beach. Études de littérature à Paris III-Sorbonne Nouvelle. Travaille de front dans le domaine social (SOS Amitié France) et le Cinéma d’auteur (assistante de production).

ghyslaine-leloup2@orange.fr

RECUEILS

J’appelle, au bord du monde. La Bartavelle éditeur, 2000

Le Rêve aux mains lentes. La Bartavelle éditeur, 2001

L’Ange de sable. Editions Encres Vives, 2003 (coll. Encre blanche n°103)

La joie, pourtant. Hélices Poésie 2006

Sur le seuil, promis. L’Harmattan-Accent tonique, 2013

 

ANTHOLOGIES

pas d’ici pas d’ailleurs, anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines. Edition Voix d’Encre, 2012

Esprits poétiques : Sortilèges ! Edition Hélices, 2011

Dires d’elles. Edition Hélices, 2010

Anthologie poétique, Francopolis 2008-2009. Editions Clapas, 2009

Anthologie. Editions Encres Vives/Michel Cosem 2004

100 femmes poètes pour la paix en Palestine. Editions Polyglotte, 2002

 

TEXTES EN REVUES ET AILLEURS

  • Livre : « Femmes contre les guerres » de Marlène Tuininga, Ed. Desclée de Brouwer/ Charles Léopold Mayer (traduit en italien Ed. Paoline Editoriale Libri) : insertion du poème « La paix disent-elles, la guerre font-ils »

« Mon frère » du peintre Noël Roch. Atelier CouckéRoch : insertion de deux poèmes

  • CD : Gérard Pitiot «Féminins Poèmes : 12 chants d’elles et 2 des îles» : 2 poèmes mis en musique
  • Revues : Encres Vagabondes, Polyglotte, Aujourd’hui Poème, Comme en poésie/Jean-Pierre Lesieur, Plein Sens, Friches-Cahiers de Poésie Verte/Jean-Pierre Thuillat, Hors Jeu/Jean-Michel Fossey, Les Voleurs de Feu/Yann Orveillon, La Voix des Autres/André Chenet, Diptyque/Florence Noël
  • Internet : La toile de l’Un/Alain Boudet ; clairobscur.blogspirit.com ; Bibliothèque Insulaire ; Hélices Poésie/Emmanuel Berland ; Francopolis/Lilas ; Danger Poésie/André Chenet ; Terre de Femmes/Angèle Paoli ; Terre à Ciel/Cécile Guivarch.






%d blogueurs aiment cette page :