Revue de poésie contemporaine

Au Bouquet

A

« je te pro­mets
sou­vent encore
nous par­le­rons ensemble
et demain j’irai fre­don­ner
rue Lepic au Lux Bar
des mots cent fois plus grands que moi »

 

Poèmes d’Éric Piette
Pho­to­gra­phies de José Wat­te­bled

Lire la publi­ca­tion sur Cala­méo
ou sur Issuu

Auteur(s) / Artiste(s)

Éric Piette

est né à Charleroi (Belgique) en 1983. Il suit le cours de la Sambre pour faire ses études à Floreffe où il découvre l’ouverture que la poésie offre ainsi que ses premiers balbutiements avec l’écriture. La Sambre se jetant dans la Meuse à Namur, il y nourrit, soutenu par certains poètes confirmés, la certitude qu’il doit se mettre au travail. Ni complètement carolorégien ou namurois, Piette s’installe à Bruxelles.

Se sentant exilé de naissance, il décroche un diplôme en philosophie morale à l’Université Libre de Bruxelles. S’ensuivent des métiers aléatoires et le sentiment profond d’être indigne de la poésie. C’est lorsque l’on vida sa cave par erreur (qu’on prit pour celle d'un voisin), qu’Éric Piette perdit tous ses textes accumulés. Cette appréciation hasardeuse lui permit de comprendre que l’écriture lui était essentielle.

En 2010, il quitte brusquement la Belgique pour rejoindre Istanbul – à son retour, il écrit Voz (train, en serbe), que ses proches lui forcent à envoyer à un éditeur. Ce premier recueil paraît en 2011 aux éditions Le Taillis Pré, situées dans la région de Charleroi. Trois ans plus tard, chez le même éditeur, L’impossible nudité est éditée.

Sans les rencontres faites durant ses années de fin d’adolescence, entre Charleroi, Floreffe, Namur et Paris, Piette n’en serait pas là : il songe à l’abbé Arthur Léonard, Alain Dantinne, Jean-Claude Pirotte, Jean Meysonnier (fondateur de La Route Inconnue, « association des amis d’André Dhôtel ») et Christophe Mahy.

Pour Voz, Éric Piette a obtenu le prix Nicole Houssa 2012 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et le prix Gauchez-Philippot 2013. L’impossible nudité, quant à elle, a reçu le prix Emile Polak 2014 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique ainsi que le prix Marcel Thiry 2015.

José Wattebled

Est né en 1953 en Champagne et habite toujours Reims dont il connait les moindres recoins et paysages. Il partage son temps entre blues et photographie. Que ce soit en musique ou en noir & blanc, ce qu’il préfère, c’est que ça raconte une histoire, une rencontre.

Une histoire qui pourrait commencer par « Ce jour-là... », cette petite phrase que Willy Ronis utilisait à chaque fois, pour commencer à conter la petite ou la grande histoire, à chacune de ses magnifiques photographies, il prenait des moments sur le vif, des histoires d'un jour. La photographie (argentique à l'époque, il n'avait pas le choix) devenait pour lui une anecdote doucement captivante, une deuxième tranche de bonheur supplémentaire, de poésie parlante, chantante et chuchotante. Aujourd'hui, le numérique est venu : "terrible pourfendeur" pour certains, libérateur pour d'autres. Cela ne change rien au final, ce qui peut changer c'est de laisser son regard au placard.

Son blog portfolio : jose-wattebled.com

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :