Revue de poésie contemporaine

« La Tombe du Quaker à Nantucket »

«

suivi de « Ulysse et Circé »
& « Epilogue »

« Les vagues se vautrent dans leur clapotis, s’éloignent
Et ne laissent que le cliquetis de mort des crabes,
La plage s’accroissant, son énorme museau
Tétant au flanc de l’océan.
C’est la fin de la course sur les flots ;
Nous sommes déversés comme de l’eau. Qui fera danser
Le maître des Léviathans cinglé par les mâts
Depuis ce champ de Quakers dans leurs tombes sans stèles ? »

 

« La tombe du Quaker à Nantucket » Robert Lowell

Cette publication marque l’exact centenaire de Robert Lowell, l’un des plus grand poètes anglophones du XXème siècle dont se réclament nombre de poètes anglais et américains. Son œuvre reste encore méconnue en France.

Lire la publication sur Calaméo
ou sur Issuu

Auteur(s) / Artiste(s)

Robert Lowell

Robert Traill Spence Lowell est né le 1er mars 1917 à Boston, fils d’un officier de marine et appartenant à une éminente famille dont les racines plongent jusqu’aux Pilgrim Fathers. Il entreprend des études à Harvard, qu’il interrompt, et se convertit au catholicisme. Objecteur de conscience pendant la Seconde guerre mondiale, il sert plusieurs mois dans une prison du Connecticut. Par la suite, il sera un virulent opposant à la guerre contre le Vietnam. En 1940, il épouse la romancière Jean Stafford (1915-1979), dont il divorce en 1948, et épouse l’année suivante la romancière et critique Elizabeth Hardwick (1916-2007), dont il aura une fille, Harriet, née en 1957. Maniacodépressif, il effectue de nombreux séjours en hôpital psychiatrique. Il est l’auteur d’une douzaine de recueils, dont Lord Weary’s Castle, qui lui vaut le prix Pulitzer de poésie en 1947 et The Dolphin, qui lui vaut un second prix Pulitzer en 1974.

“The Quaker Graveyard in Nantucket” est extrait de Lord Weary’s Castle ; “Ulysses and Circe” et “Epilogue” sont extraits de Day by Day (1977), dernier recueil publié de son vivant. Robert Lowell meurt dans un taxi à New York le 12 septembre 1977. Un seul de ses recueils a été traduit en français, il y a près de cinquante ans.

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 172 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :