Skip navigation






Départ

Tendre sourire
………………….en coin
…………………………..de larme à l’œil.












Penser à rebours

Solitaire sans en sentir l’air,
la nuit comprime mes rêves par terre.

…………..Absence débordante ;
pourtant, seule au loin ;
…………..vide en trop plein.

Impalpable perception.

Sensation vaine :
…………..mes mains sans ses seins.
Débusquer son odeur
pour une bouffée d’ardeur,
étouffée par la fadeur du présent.












Retour au ciel éthanol de Paris

aux gerçures des doigts claquant
sur le vélibertaire gris,
à l’heure du candélabre couchant.









Olivier Le Lohé, né banlieusard, vivant entre Paris la chapelle et Béhuard, il rature le quotidien noir sur blanc. Impressions d’expressions rythmées ou rimées ; cisaillant les syllabes ; contraignant, de fond en comble, fonds et formes ; l’expression des émotions fait naître le mot puis la motivation au poème.

Il a été publié dans plusieurs revues et a gagné le prix printemps des poètes 2013 des éditions Robin.
En 2014, il crée de ses mains Revue Méninge qu’il continue de faire évoluer, pour en savoir plus sur la revue : http://revuemeninge.fr/ sur l’auteur : http://o.lelohe.free.fr/






%d blogueurs aiment cette page :