Revue de poésie contemporaine

BORDEL DE MERDE

B

1

à l’heure qu’il est
avec le temps qu’il fait
y a des vies
tu les piges de suite
moine punk
dandy discret
le système te vandalise
toujours autant
vodka essence
suicide raté
injures érotiques
sur l’autre rive
où la lumière devient bleue
force d’inertie
et géométrie variable
fumisterie agréable
autour des feux
la foule fait la fête
et les gens se défoulent
et la terre tourne plus vite
pour faire tout ce vent
pendant ce temps
bordel de merde
m’ennuyer me détend
un truc de fou

2

à l’heure qu’il est
avec le temps qu’il fait
la mer sous le ciel
flotte comme du sperme
grâce aux médocs
maman décolle
grâce à l’alcool
je te supporte
dans les clichés
y a toujours comme
un fond de vérité
motard sans moto
papa sans marmot
catholique libertin
ou bien rappeur pédé
tout le monde est seul
à l’intérieur
au sein de la meute
au cœur de la meule
toujours
tout le temps
tout est caduc
tout est cadavre
sauf quand des fois
la houle me lave
au bout du môle
aérosols
soleil salive
bordel de merde
ainsi baigné
je cicatrise

3

à l’heure qu’il est
avec le temps qu’il fait
il est minuit
un peu passé
et c’est bizarre
en pleine nuit
le ciel est bleu
pourtant il pleut
tout doucement
en centre-ville
à travers champs
envie de vide
et de bruit blanc
le long des quais
le brouillard brille
je bouquine ma bière
tranquillement
et au passage
je me débarrasse
du tas de gravats
que j’ai dedans
les bras les veines
les yeux les dents
bordel de merde
en résumé
il était temps

4

à l’heure qu’il est
avec le temps qu’il fait
je descends en bas
en pyjama
et c’est bizarre
je sors dehors
comme aimanté
je tourne en rond
déboussolé
au bout du bord
le long de la boue
des métaux lourds
du ruisseau mort
je confie aux soins
des oiseaux de proie
deux trois prières
dont une pour toi
les rapaces diurnes
dans certains cas
c’est mieux que dieu
bordel de merde
et plus efficace
spéciale dédicace

5

à l’heure qu’il est
avec le temps qu’il fait
la bière me boit
le feu m’éteint
je ne sens plus rien
et c’est bizarre
parfois c’est bien
y a grand soleil
mais fait pas beau
je rentre dedans
je monte en haut
je pense à toi
je me mets des doigts
en rêvassant
les yeux crevés
par les écrans
les clips déviants
changer de peau
je peux pas trop
bordel de merde
sourire en coin
nouveau tricot


 

poète obscur rasta chauve parasite pédé chien de métal jamais perdu toujours perdant en général Heptanes Fraxion le fils du pape et de la pute hurle à la mort en buvant son vin et errer le muscle en général en général faut pas généraliser enculé

Son blogue : http://heptanesfraxion.blogspot.fr/

Auteur(s) / Artiste(s)

Heptanes Fraxion

poète obscur rasta chauve parasite pédé chien de métal jamais perdu toujours perdant en général Heptanes Fraxion le fils du pape et de la pute hurle à la mort en buvant son vin et errer le muscle en général en général faut pas généraliser enculé

Son blogue : http://heptanesfraxion.blogspot.fr/

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 172 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :