Skip navigation


Un enfant nous suffit

(extraits)




« Pour toi qui es victoire il n’y aura plus de guerres. Moi j’allume mon écran ce matin : c’est un devoir de pleurer pour le monde mais je ne dirai pas comme Guillaume disait  » Merveille de la guerre ».
Pourquoi faire l’éloge de nos tranchées et de nos barbelés ? Attendre une autre guerre pour pouvoir mieux pleurer ?
Toi, mon petit soldat, ton souffle est ton combat et ta vraie marraine c’est celle qui t’a fait.








Ce soir en ton honneur on boit le vin doré ! Ma vigne est une reine qui t’offre son raisin puisque dans ma campagne il y a mon amour.

Merci à toi qui nous sauve de l’exil. Comme l’homme qui a jeté l’ancre dans notre Ville pour revivre le rêve d’une belle jeunesse enfouie et ne conjugue plus le verbe tuer.

A tous mes frères, mes doubles, mes poètes, dans la joie et la peine, je leur parle de toi. Ils ont été comme toi les princes de l’avenir.

J’ai compté les années, c’est vrai, mais tu nous offres tant de jours qu’aujourd’hui nous sommes jeunes. Bien plus encore qu’avant. »








France Burghelle Rey enseigne les lettres classique à Paris. Elle est membre de l’Association des Amis de Jean Cocteau, du P.E.N. Club français.

La poésie semble bien son mode privilégié d’expression car elle a toujours recherché la concision et l’ellipse à la limite du silence.
Mais le besoin impératif de musique, règle d’or, à son sens, de l’émotion poétique, explique la rédaction récente de versets dans deux recueils inédits, Les Tesselles du jour et Patiences.

Textes parus et à paraître dans une vingtaine de revues.

Elle a écrit une dizaine de recueils dont 4 sont publiés chez Encres Vives, coll. Encres Blanches : Odyssée en double, La Fiancée du silence, L’Orpailleur, Le Bûcher du phénix, Lyre en double aux éditions Interventions à Haute voix, 2010 et Révolution chez La Porte,2013. Pour un texte du Chant de l’enfance, inédit, elle a obtenu le prix Blaise Cendrars et pour L’Un contre l’autre, Gegenüber, a été finaliste du prix Max-Pol Fouchet.

Elle collabore avec des peintres et notamment avec Georges Badin pour des livres d’artistes.
http://france.burghellerey.over-blog.com/

Notes critiques dans de nombreuses revues comme Place de la Sorbonne, Lieux d’être, Cahiers du Sens, Terres de Femmes, Trace de poète ,Littérales, Diérèse






%d blogueurs aiment cette page :