Skip navigation

Une Couleur pour la Solitude

 

 

Lire la publication sur Issuu


Sujata Bhatt

Est née en 1956 à Ahmadabad (Inde). Elle grandit à Pune avant d’émigrer avec ses parents aux Etats-Unis en 1968. Diplômée de l’Université d’Iowa (Canada), elle devient écrivain en résidence de l’Université de Victoria (Canada).

En 1988, paraît son premier recueil, Brunizem, écrit en anglais et gujarati, sa langue maternelle, pour lequel elle reçoit le Commonwealth Poetry Prize et The Alice Hunt Bartlett Award.

Toujours tiraillée entre deux langues, elle traduit en 1993 une anthologie de poètes indiennes contemporaines, In Their Voice (Penguin Books).
En 2002, elle publie The Color of Solitude, un recueil de poèmes construit autour de l’oeuvre et de la vie de Paula Modersohn-Becker pour lequel elle a consacré sept années de recherches.

Ses poèmes sont traduits dans le monde entier (mais hélas pas en France) et ont été repris déjà par de nombreuses anthologies.
Elle vit actuellement en Allemagne, à Brême avec son mari, Michael Augustin, écrivain et poète allemand et sa fille.

  • Brunizem, Carcanet Press, 1988
  • Monkey Shadows, Carcanet Press, 1991
  • The Stinking Rose, Carcanet Press, 1995
  • Point No Point, Carcanet Press, 1997
  • Augatora,Carcanet Press, 2000
  • The Colour of Solitude, Carcanet Press, 2002
  • Pure Lizard, Carcanet Press, 2008

 

Paula Modersohn-Becker

Paula Modersohn-Becker est née à Dresde le 8 février 1876. Fille d’un ingénieur cultivé et polyglotte et d’une femme appartenant à la noblesse de Thuringe, elle grandit dans un milieu ouvert sur l’art et le monde. La mort d’une jeune cousine, enfouie dans la galerie d’une carrière de sable, alors qu’elle joue avec elle, la marque définitivement.

En 1888, la famille Becker s’établit à Brême et, quatre ans plus tard, Paula est envoyée en Angleterre, où elle commence à fréquenter une école privée des Beaux-Arts. De retour en Allemagne, elle entre dans une école de formation d’institutrices, tout en continuant de suivre des cours de peinture. C’est à cette période qu’elle découvre les oeuvres de la colonie artistique de Worpswede en Basse-Saxe.

Au tournant de 1901, elle se rend à Paris où elle suit les cours de l’académie Colarossi ouverte aux femmes et où elle retrouve Clara Westhoff, qui espère devenir l’élève de Rodin. De retour à Worspwede, Paula épouse le 25 mai 1901 le peintre paysagiste allemand Otto Modersohn, veuf depuis un an et père d’une petite fille. C’est également à cette période qu’elle rencontre Rainer Maria Rilke. Dans les années qui suivent, Paula effectue plusieurs séjours à Paris, où elle retrouve le couple Rilke. En février 1906, elle quitte définitivement Worspwede et son mari, pour s’installer à Paris. Mais un an plus tard, elle retourne vivre à Worspwede aux côtés d’Otto. Elle y meurt le 20 novembre 1907 dix-huit jours après avoir donné naissance à une fille, Mathilde, et laisse derrière elle une oeuvre picturale riche constituée essentiellement de natures mortes, de portraits, d’autoportraits et de paysages.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :