Skip navigation







Ici même

(extraits)










c’est décidé
c’est ainsi
ce sera ainsi désormais
l’homme ne boite pas
ce sont les cailloux par milliers
des chemins et des champs
qui boitent

tout ce que nous devons éteindre
de nos anciennes petites chandelles
dans la chambre des idées
afin de voir ce que la lumière d’ici même nous donne
afin de trouver nouvelles terres carrossables où aller

toutes les sueurs
dont nous devons nous laver au lever les yeux
afin de discerner où qui quoi un peu nous

aussi ainsi nos gels
ne se transformeront plus (peut-être) en rocs
mais bel et bien viendra la terre de la terre d’ici
et la terre de dessous terre
et tout ce qui fait la terre ici-bas jusqu’en haut

et peut-être y aura-t-il en nous
une branche au moins
où nouvelle feuillaison se fera









encore
l’inquiétude signe après signe
ligne après ligne
ligote nos décisions
d’aller voir encore un peu plus loin
comment nous y sommes

la route reste dehors

nous ne bougeons
ne sachant s’il faut
le sucre blanc
ou l’encre noire
pour faire les ponts
qui dépasseront nos ombres

le sang en devient plus faible
comme asséché
broyé

la route est très très loin









pas le un, deux, trois soleil
pas un jeu
si nous ne bougeons pas

qu’il pleuve ou vente ou neige
ou que passe sur nous
l’éponge verte et gratteuse du temps
nous demeurons immobile
du pareil au même

pas que nous soyons
notre propre statue
pas que nous soyons figé
comme en un album
ou entre deux planches d’un herbier

mais l’air que nous respirons à l’intérieur de nous
ou qui juste s’avance ou se replie
qui demeure égal
et nous monte des idées dans la tête
les mêmes toujours

à nouveau
le poids
à nouveau courbé
nous nous arcboutons

nous nous préparons









à l’aube
le trafic aérien, ses traînées de kérosène en fumée
cela qui est rosi en premier

un jour comme celui d’aujourd’hui
accepter (c’est déjà débuter d’avancer)
de ne pas tout voir en une manière de pays de poésie
où les nuages sont du duvet de plume d’ange
ou plus simplement de la vapeur d’eau déminéralisée

il n’y a pas d’un côté la lumière
et de l’autre la poésie
à révéler et à éclairer
sont aussi les traînées d’avions
et divers autres rebuts

et divers autres souvenirs
même si nous aimerions
que le feu de l’oubli les calcine









le vent n’abrase la rouille
il n’y peut
ne se charge même pas
de petites particules
qui changeraient la couleur du jour
et feraient de toutes petites ombres furtives au sol

gauchement nous espérions
un petit mieux pour les vieilles ferrailles
de nos vieilles carcasses
sans avoir à lever le petit doigt

vent abrasif
non

temps corrosif
nous verrons









assis sur la terre
nous entendons l’un et l’autre se parler
cela fait au-dessus de nos têtes
de petits fils de rien du tout
ou de petites branches
que nous saisissons parfois
pour en détacher quelques mots
une fois la récolte faite
nous rentrons dans la maison
afin de les conserver
les posant à l’ombre
sur le bois frais du bureau
ou dans la coquille vide de l’escargot
où nous irons un jour les écouter









nous faut-il de grands mouvements
nous faut-il de petits mouvements ?









un jour nous mangerons notre ancien cœur












Rémi Checchetto, Né le 22 février 1962 à Briey (Meurthe-et-Moselle)

Livres

Ici même, éditions Tarabuste, à paraître en 2015 (poésie)
Zou, éditions Espaces 34, à paraître en 2015 (théâtre)
Pas parler parole, éditions L’âne qui butine, 2014 (poésie)
Jours encore après, éditions Tarabuste, 2013 (poésie)
Que moi, éditions Espaces 34, 2013 (théâtre)
Apéro, éditions de l’Attente, 2013 (poésie)
L’homme et cetera, éditions Espaces 34, 2012 (théâtre)
Très grand gel, éditions L’Improviste, 2011 (poésie)
Kong melencholia, éditions Espaces 34, 2011 (théâtre)
Bruissement, éditions Script, 2010 (poésie)
King du ring, éditions Espaces 34, 2010 (théâtre)
Puisement, éditions Tarabuste, 2010 (poésie)
Nous, le ciel, éditions de l’Attente, 2008 (poésie)
Là où l’âme se déchire un peu mais pas toute, Inventaire / Invention, 2006 (théâtre)
Valises, éditions Script, 2006 (poésie)
Une disparition et tout et tout, éditions de l’Attente, 2006 (théâtre)
Confiotes, éditions de l’Attente, 2005 (poésie)
P’tit déj, éditions de l’Attente, 2003 (poésie)
Portes, éditions Script 2003 (poésie)
Un terrain de vagues, coédition Script et théâtre des Tafurs, 1999 (théâtre)
Manèges, éditions Lucie Lom, 1999 (théâtre)

Divers

Encore, corps encore, éditions Les cahiers du Museur, avec des collages de Sylvie Durbec, 2013 (poésie)
La montgolfière, in l’œil de Jef
Tic tac, Les comédies de l’estuaire / 2
Le monde presque seul, catalogue d’exposition de Mitsuo Shiraishi
L’œuf, le bœuf, la meuf, revue Psychanalyse n°9
En roue Libre, éditions Quelque part sur terre / Festival d’Aurillac






%d blogueurs aiment cette page :