Revue de poésie contemporaine

L’Amorgos

L

« Il te fau­dra

 

Ôter tes habits de lumière
Si tu veux entrer dans la fraî­cheur
De ce que quelques fous

 

Nomment par­fois »

 

Poèmes de Raphaël Dor­moy
extraits de L’Amorgos

« L’horizon n’existe pas, c’est la rai­son pour laquelle les hommes ont inven­té les dieux. »

L’Amorgos, Port de Pirée, Prin­temps 2011

1.

Les prin­temps pour­tant
Refleu­rissent

Par­mi les ruines
Les jas­mins qui bor­daient le sen­tier

S’ouvrent dans le silence

Merle mil­lé­naire

Ce qui autre­fois
Sem­blait une cité pros­père

S’est éteint comme le sou­ve­nir
D’une mer loin­taine

8.

Les ruis­seaux sont les mêmes
Par­tout c’est la même rumeur
Qui enve­loppe le corps

Alors

À quoi bon rete­nir le temps
Quand les racines de l’être
S’y enfoncent

Toi

Vieil escroc qui a tout fait
Pour me vendre tes dieux
Et tes babioles d’esclave

Il te fau­dra

Ôter tes habits de lumière
Si tu veux entrer dans la fraî­cheur
De ce que quelques fous

Nomment par­fois

11.

Une manière de bleu

Comme si la côte
Ne tou­chait plus l’île

À cette hau­teur

Le sen­tier
Crous­tille sous les semelles

Les fleurs ont vêtu
Tous les atours de la lumière

Tan­dis que le vent
Par­fume au-delà de l’instant

Où le regard
S’est tour­né vers l’intérieur

13.

C’est le pre­mier soir
Que la lune appa­raît
Et la carte des étoiles

Je n’effacerai rien, dit-il
Je gar­de­rai aus­si sur ma peau
Celle de l’effort

Que leurs ter­ri­toires
Imprègnent mes rêves
O pauvre pêcheur

Sou­pire-t-il, en s’enroulant
Dans le filet du som­meil

18.

Tu entends
La res­pi­ra­tion de la mer

Cette manière qu’elle a
De rou­ler sur les galets

D’appesantir le regard
Où que porte l’horizon

Tu vois là-bas
C’est comme ça qu’ils font

Ils leur tranchent l’âme
Et la rejettent à la mer

19.

La ques­tion n’est pas de faire
Ni d’être le faire

L’une et l’autre dimen­sion
Sont aus­si loin­taines

Que les mou­ve­ments de la sève
Ou le désir de récolte

As-tu remar­qué cette feuille
Qui te pousse sur le bras

24.

Est-ce le jour ou la lune
Qui se lève der­rière la mon­tagne

Quelques nuées blanches
Détachent len­te­ment
Le ciel de la mer

Bien­tôt

L’oscillation du pont
Laisse appa­raître

Une ligne d’horizon

L’Amorgos sonne le départ

Il se lève
La prend dans sa main

Tan­dis que le navire
Éloigne l’instant


Raphaël Dormoy

Né en 1977, Raphaël Dor­moy vit à Paris. Tra­vaille essen­tiel­le­ment le lieu de la forme courte (récit, nou­velle, fic­tion…). Publi­ca­tion du Mani­feste de l’éventail à compte d’auteur en 2010. L’Amorgos est un recueil de poèmes qui prend source et racines en Grèce. Raphaël Dor­moy dif­fuse une par­tie de son tra­vail sur son site : raphaeldormoy.net

Auteur(s) / Artiste(s)

Raphaël Dormoy

Né en 1977, Raphaël Dormoy vit à Paris. Travaille essentiellement le lieu de la forme courte (récit, nouvelle, fiction…). Publication du Manifeste de l’éventail à compte d’auteur en 2010. L’Amorgos est un recueil de poèmes qui prend source et racines en Grèce. Raphaël Dormoy diffuse une partie de son travail sur son site : raphaeldormoy.net

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :