Revue de poésie contemporaine

Je te vois (extraits)

J

1

l’épée qui s’agite au-des­sus de nos têtes
est le plus sou­vent caché dans son four­reau
je te regarde zip­per ta peau
ras­sem­bler tes organes
ten­ter de te convaincre
com­bien la vie est

2

la vie
celle là même
dont nous vou­lions tordre le cou
dans une grande
furieuse
tem­pé­tueuse
impé­rieuse baise

3

comme si la mort petite fai­sait moins mal
comme si les cercles de peau dila­tés
nous tenaient
à bout de mots
sur le fil du rasoir
la dou­leur consen­tie et secrète
nous fai­sant oublier jusqu’à son nom

4

je marche au côté des muets
au côté des sourds
au côté des aveugles
nos orbites sont vides
nous allons à tâtons
nos visages tour­nés vers le ciel
nos mains contre une hanche
un genou un mol­let
cer­tains vont à quatre pattes
d’autres usent de sou­liers
la plu­part rampe
tous manient l’illusion

5

je porte ta peau en rem­part contre les hommes qui vont
à l’aveuglette dans la rue atta­ché case en mains
cou­teaux ou liasses en poche
têtes minia­tures en tro­phées au bout de chaînes
contre tous ces hommes qui agitent leur taser
vers ma jupe rele­vée
je porte ton poi­trail ouvert comme une cape
qu’importe que les mots s’échappent
qu’ils n’aient jamais été
nos suf­fo­ca­tions n’ont rien à voir
avec la fuite
les chiens affo­lés halètent
les chiens affo­lés jappent
fré­né­ti­que­ment
der­rière leur queue
nous
nous lais­sons sur l’asphalte
des traces rouges
sous nos corps déchi­rés

 

Ces poèmes sont extraits du livre publié aux édi­tions du Cygne + d’infos

Auteur(s) / Artiste(s)

Murièle Modély

Murièle Modély vit à Toulouse. Tient un blog http://l-oeil-bande.blogspot.fr/ depuis 2008. Participe à différentes revues (Traction Brabant, Microbe, L’Autobus, Les tas de mots etc.).

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :