Revue de poésie contemporaine

Sous la cognée (extraits)

S

 

 

Petit sac

.….Chaque fois
ou presque,
tu le rame­nais à la mai­son.

La maî­tresse, pour­tant,
n’était pas méchante.
Elle racon­tait juste
des his­toires
qui rete­naient plus
que ton atten­tion,
.……des his­toires
tar­ti­nées d’ogres,
de sor­cières
et autres loups bou­lot­teurs de chèvres.
Tu aurais bien vou­lu
pou­voir te fondre entier
dans leur matière
pour que jamais elles ne s’achèvent,
.….au milieu de la tienne –
sous la douche froide
des regards du trou­peau –
par ton petit sac
de honte

rame­né à la mai­son,
chaque fois
.…..ou presque.

 

Petit cheval

Aujourd’hui, des cordes. Ten­due,
capri­cieuse, la voix
du ciel sur les gra­viers
de la rue encore en chan­tier
me ramène à ces pleurs
retour d’une fête foraine.
J’avais quatre ans
et n’y enten­dais goutte –
d’autant plus qu’il
ne plut pas, ce jour-là ! –
et mon­tais donc plu­tôt haut
sur mon petit che­val
d’émois, à la moindre idée
de borne, de limite. .….….….….….….….Rien
n’a tel­le­ment chan­gé depuis.

 

Arbre

 

à Johann Bacon.

I

Arbre
au long cou
pen­ché
sur le champ,

on te cha­touillait
la nuque,
on man­quait
par­fois
de se bri­ser la nôtre ;
mais on s’en moquait,
on se lais­sait por­ter
par les rires du vent
vers tes plus hautes branches.

On était loin alors,
à des années-nuage
de cet âge
où l’on ren­drait les contes,
.….……où les rêves
.….……sou­vent
.….……oublie­raient
.….……de nous faire
.….….….….….….….….…..la courte échelle.

II

 

Aujourd’hui, l’arbre n’est plus que l’on prit à bras l’écorce, et le champ sur lequel il se cour­bait a fait place à une zone pavillon­naire. Ici, on se conso­le­ra en se disant que pas si grave, au fond, puisqu’il s’agit quand même d’un bois d’êtres ! et qu’évidemment des enfances y poussent, s’agrippent et grimpent à cœur joie, à leur tour, au cou de leur propre

.….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….arbre des pos­sibles.

*Le livre sera pré­fa­cé par l’écrivaine San­da Voï­ca, ani­ma­trice, aux côtés de Samuel Dudouit, de la revue en ligne Pay­sages Ecrits

Auteur(s) / Artiste(s)

Morgan Riet

Est né en 1974, à Bayeux, dans le Calvados.
Il y réside toujours.
Il est l’auteur de :

  • Lieu cherché, chemins battus (éd. Clapàs – 2007),
  • En pays disparate (même éditeur – 2010),
  • Midi juste environ (mini-plaquette fabriquée à la maison – 2011),
  • Du côté de Vésanie, illustré par Matt Mahlen (éd. Gros textes – 2012),
  • Ça brûle (-36° édition – 2012),
  • Quelque chose, photos de David Lemaresquier (éd. Les Tas de mots – 2013),
  • Vu de l’intérieur, illustré par Hervé Gouzerh (éd. Donner à voir – 2013),
  • Sang & diesel, (Éditions Clarisse).

Son blog : http://cheminsbattus.wordpress.com

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 188 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :