Skip navigation






Les fourmis noires

(extraits)






Capital




Électro papier millimétré
par minute soixante et une
pulsations sur le charleston
un cœur qui bat – grandiose

Le regard investi
les dividendes pleuvent
et c’est dès lors la grande vie

légère et sans barrières
comme le pollen de l’amitié

soyeuse et fière
comme des cuisses découvertes
où vivent des étoiles brunes

cousue d’or quand l’horizon
nous fait son show dans les odeurs
du soir dans la lueur
orange et bleue d’un tableau de bord











Déclic




Corbeaux qui laissez choir vos noix
sur la route pour les briser

drôles – presque pantois
si ça ne marche pas

sous le ciel gris des vieux indiens
dans l’air étrange au bout des doigts
où ma silhouette et cetera

réjouissez-moi











En écoutant Dylan




Et à présent que tout est faux
même le coton même l’esclavage
que Monet is money
que les routes sont sans surprises
de quoi pourrions-nous bien parler

Du ciel bleu toujours bleu
sur la tombe de Jack Kerouac
où fleurissent quelques primevères
où se posent pour boire les piafs
où lisent des filles au sourire triste

Perdus dans l’ordre et la matière
nous sommes des loups des traîne-frontières
des mangeurs de paysages
Embrasse-moi dis-tu – je te serre
dans mes bras car tu as froid
Dylan chante par tes yeux
Dylan écarte tes cheveux
I want you so bad
Honey I want you











Jour sans nom (vacances)




Ton pull-over sur une chaise
– la mémoire ce matin
sera la dernière levée
les épaules demeureront légères

Sous le ciel d’aube
un chien traverse la vallée
la vérité
toute nue du paysage











Risée




Vent arrière
vent de près
de travers sifflement
les drisses et le safran
fragments
de la mémoire du monde
sur l’Atlantique

Je ne reviendrais pas
au littoral de vos fortunes
j’aime trop
les herbes folles les chardons
et les saisons qui changent
les pierres qui roulent sous la lampe
la cendre des tziganes

Je ne reviendrai pas
du cri des mouettes dans les poèmes









Né en 1960 en Haute-Loire. Actuellement, vit et travaille en Haute-Savoie.

Les carottes fraîches, Polder décharge/Gros textes

Publications dans Décharge, Arpa, Comme en poésie, Paysages écrits, Les tas de mots.

Mille lieux, Blog de vagabondage poétique ouvert depuis 3 ans à l’adresse suivante: http://laurentdeheppe.blogspot.fr/






%d blogueurs aiment cette page :