Revue de poésie contemporaine

Les fourmis noires (extraits)

L

Capital

Élec­tro papier mil­li­mé­tré
par minute soixante et une
pul­sa­tions sur le char­les­ton
un cœur qui bat – gran­diose

Le regard inves­ti
les divi­dendes pleuvent
et c’est dès lors la grande vie

légère et sans bar­rières
comme le pol­len de l’amitié

soyeuse et fière
comme des cuisses décou­vertes
où vivent des étoiles brunes

cou­sue d’or quand l’horizon
nous fait son show dans les odeurs
du soir dans la lueur
orange et bleue d’un tableau de bord

Déclic

Cor­beaux qui lais­sez choir vos noix
sur la route pour les bri­ser

drôles – presque pan­tois
si ça ne marche pas

sous le ciel gris des vieux indiens
dans l’air étrange au bout des doigts
où ma sil­houette et cete­ra

réjouis­sez-moi

En écoutant Dylan

Et à pré­sent que tout est faux
même le coton même l’esclavage
que Monet is money
que les routes sont sans sur­prises
de quoi pour­rions-nous bien par­ler

Du ciel bleu tou­jours bleu
sur la tombe de Jack Kerouac
où fleu­rissent quelques pri­me­vères
où se posent pour boire les piafs
où lisent des filles au sou­rire triste

Per­dus dans l’ordre et la matière
nous sommes des loups des traîne-fron­tières
des man­geurs de pay­sages
Embrasse-moi dis-tu – je te serre
dans mes bras car tu as froid
Dylan chante par tes yeux
Dylan écarte tes che­veux
I want you so bad
Honey I want you

Jour sans nom (vacances)

Ton pull-over sur une chaise
– la mémoire ce matin
sera la der­nière levée
les épaules demeu­re­ront légères

Sous le ciel d’aube
un chien tra­verse la val­lée
la véri­té
toute nue du pay­sage

Risée

Vent arrière
vent de près
de tra­vers sif­fle­ment
les drisses et le safran
frag­ments
de la mémoire du monde
sur l’Atlantique

Je ne revien­drais pas
au lit­to­ral de vos for­tunes
j’aime trop
les herbes folles les char­dons
et les sai­sons qui changent
les pierres qui roulent sous la lampe
la cendre des tzi­ganes

Je ne revien­drai pas
du cri des mouettes dans les poèmes

Auteur(s) / Artiste(s)

Laurent Deheppe

Né en 1960 en Haute-Loire. Actuellement, vit et travaille en Haute-Savoie.

Les carottes fraîches, Polder décharge/Gros textes

Publications dans Décharge, Arpa, Comme en poésie, Paysages écrits, Les tas de mots.

Mille lieux, Blog de vagabondage poétique ouvert depuis 3 ans à l'adresse suivante: http://laurentdeheppe.blogspot.fr/

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :