Skip navigation

Nu, devant le miroir

Nu, devant le miroir,
Un corps, un visage, un regard.
Le silence et le battement du cœur, veulent dire quelque chose,
Mais une pensée incomprise follement crie, je ne sais la cause.
De l’autre coté du miroir,
Il contemple mon visage ignorant,
Il voudrait sortir me parler, me faire savoir,
Me faire croire.
"Sortir, sortir",
Criait-il.
Nu,
Je cherche l’homme au costume noir, sans figure,
Je voudrais lui parler de cette blancheur,
Cette feuille vide, ce stylo sans encre et ce vieil auteur obscur.
Il pleut !
disait-il avec un soupir,
Il contemple mes pensées, il aime me lire,
Il aime regarder à travers moi, ce que je ne vois pas,
Ce que je ne comprends pas.
"Sortir, sortir",
criait-il,
Nu,
Devant le sourire venin de la fameuse vérité,
Devant sa force, son grand couteau dans ma gorge est toujours planté,
Devant mes mensonges dits avec une grande certitude, quel menteur, je suis !
Devant mes mains sales et cette partie de moi si pourrie,
Quel monstre tu es ! Laisse-moi sortir, il crie.
 Laisse sortir la grande partie, qui a tout moment est prête à exploser.
Laisse sortir la colère,
L’enfant qui brûlait les têtes de ses poupées jusqu’à ce qu’elles fondent.
Laisse sortir ce que tu ne peux supporter et le côté sombre qui te hante.
Nu, j’entends une prière d’un monstre,
 Il souhaite qu’on se voie, qu’on se rencontre.

Poème : Khalid EL Morabethi
Voix : Gilles-Claude Thériault


Khalid EL Morabethi

Khalid EL Morabethi , Né le 10 juillet 1994 à Oujda au Maroc, l’auteur commence à écrire dès l’âge de 12 ans. Après avoir obte nu le baccalauréat, il a décidé de continuer ses études à la Faculté de Lettres Mohamed1 de Oujda, en littérature française. Il affirme que l’écriture c’est sa vie. Parfois il écrit les mêmes phrases, les mêmes mots mais surtout pas les mêmes sentiments. Il dit vouloir écrire un message , il lui faut juste cette chose, ce stylo d’or, cette force, cette voix, cette muse du ciel. Le blog de l’auteur : http://lamuseduciel.blogspot.com

Gilles-Claude Thériault

« Donner sa voix », au cœur du mystère, entre le rêve et la réalité, entre le charnel et le sacré, pour que la vie sorte du livre et se fasse humaine. Pour qu’elle parle, qu’elle crie, qu’elle aime, qu’elle pleure et désespère. Comme dans la vie. Savoir à la fois et en même temps capter la voix du silence. Pour que les mots éclatent dans ce silence, cet « espace de l’esprit là où il peut ouvrir ses ailes ». (Saint-Exupéry). Sa chaîne Youtube

%d blogueurs aiment cette page :