Skip navigation

 

 

Lire la publication sur Issuu

 

Recueil

 

De ta chaise longue,
tu regardes sans voir derrière tes lunettes
les pissenlits grillés par la canicule,
le Mont-Blanc au bout du pré
comme un bien de famille
et quand il fait plus frais,
le soir, tu entends
le cri fusant des hirondelles
qui ont fait leur nid à l’abri du volet :
miettes du monde
que le poème aussi recueille,
en vain pour toi qui ne lis plus.

 

Le chemin montant, Dominique Barrot, Mazan, 2000, Encre

Le chemin montant, Dominique Barrot, Mazan, 2000, Encre

 

 

 

Quand le ciel est bleu, tu penses aux rues
où tu n’iras plus, sous les vieux platanes
et les poivriers, à ta propre rue
avec ses oranges comme des lampions
qui s’allument le jour dans les feuilles sombres.
L’église est au bout, si proche, inaccessible.
Tu entends les cloches. Une paroissienne
viendra t’apporter la communion dimanche ;
c’est le Christ maintenant qui te rend visite.
Il éclaire une à une les pièces de l’âme,
même la dernière au bout du couloir,
la chambre sans fenêtres qu’on n’ouvrait jamais.

 

 

Vue sur la plaine à Saint Véran (Vaucluse), Dominique Barrot, 1983, encre

Vue sur la plaine à Saint Véran (Vaucluse), Dominique Barrot, 1983, encre

Courrier

Tu vas chaque jour à la boîte aux lettres
sous le cerisier, même quand il pleut,
et tu en reviens avec les bruits du monde
– les migrants à Calais ou le Tour de France –
mêlés à l’odeur de la terre et des fleurs.

Les lettres sont rares (tes amis sont morts).
Rentrée à la maison, tu parcours les titres
et puis tu reprends l’évangile du jour,
ancien et nouveau, la seule parole
qui te rejoigne encore dans ta solitude.

 

 

Paysage à la haie, Dominique Barrot, 1981, encre

Paysage à la haie, Dominique Barrot, 1981, encre


Jean-Pierre Lemaire

Jean-Pierre Lemaire est né à Sallanches (Haute-Savoie) en 1948. Après une enfance dans le Nord, il fait des études de lettres à Paris qui le conduiront à enseigner au lycée Henri IV et au lycée Sainte-Marie de Neuilly jusqu’en 2014. En 1975 il épouse Fanchon, une bordelaise. Ils auront trois filles. Il commence à publier des poèmes dans les années 80 avec le soutien de Jean Grosjean et de Philippe Jaccottet. Il a reçu en 1999 le Grand prix de poésie de l’Académie française.

Dominique Barrot

Dominique Barrot est né en 1943 à Carpentras. Il commence à peindre en 1956 et rencontre les peintres Paul Surtel (1893-1985), Ibrahim Shahda (1929-1991) et Bruno Sogno (1922-2010) qui deviennent ses maîtres et amis.
Il vit et travaille dans le Comtat, au pied du Ventoux mais s’enthousiasme aussi pour les lumières de Bretagne d’où son épouse est originaire, et du Pas-de-Calais où il a fait plusieurs courts séjours pendant une dizaine d’années.
Résolument figuratif (« Rien n’est plus abstrait que le monde visible » Morandi) il essaye de capter dans ses dessins et sa peinture l’essentiel des sujets qu’il traite : paysages, natures mortes, ou portraits.

 

%d blogueurs aiment cette page :