Revue de poésie contemporaine

Cœur de souris (et autres poèmes)

C

« Écrire, lire le pay­sage.
T’inscrire, te lire dans le pay­sage.
Regar­der les nuages au-des­sus de toi.
Non parce que beau­coup d’autres
non parce que peu d’autres
les regardent. »

 

Poèmes de János Lack­fi
Illus­tra­tions d’István Tóth Pitya

A lire sur Cala­méo
ou sur Issuu

Cœur de souris

Quoique tu serres très fort
cette poi­gnée de sable dans ta main
par des fentes invi­sibles elle dis­pa­raît
D’abord c’est comme un cœur de porc
dur et pal­pi­tant
puis un cœur de dinde un cœur de poule
un cœur de sou­ris enfin
Bat­te­ments de moins en moins forts
d’un rythme de plus en plus vif
Il n’en reste qu’une pul­sa­tion
de sili­cium
et quelques grains scin­tillants de mica.

Egérszív

Bár­mi­lyen erő­sen szorí­tasz mar­kod­ba
egy adag szá­raz homo­kot
az eresz­té­ke­ken ész­re­vét­len kic­so­rog
először disznószív­nyi lük­tető kemé­ny
majd puly­kaszív csir­keszív
egérszív csupán
Egyre kiseb­be­ket dob­ban
egyre sza­poráb­ban
a lük­tető szilí­cium
pár szemcse csillám
marad nyomá­ban

En surface

Je me sers de mon ordi­na­teur,
mais je ne sais abso­lu­ment pas
à tra­vers quelle sorte d’ornements
de cuivre, de tun­nels, d’entrailles
der­rière le gré­sille­ment de sili­cium de l’écran
la charge d’intelligence et de bêtise répan­due par
le bout des doigts s’évapore et de quelle façon
il cache la suite de chiffres et de mots
les ordres muets jetés aux chiots

Je conduis des voi­tures, mais je ne fais qu’opiner de la tête
quand les méca­ni­ciens me parlent de pis­ton,
de joints brû­lés, de cylindres à reca­li­brer,
par poli­tesse j’ai hési­té quand ils m’ont deman­dé
si j’allais moi-même faire la répa­ra­tion
ou si je pré­fé­rais qu’ils s’en chargent,
je cher­chais avec appli­ca­tion la sou­pape de refroi­dis­se­ment du moteur
quand sur la route je suis tom­bé en panne
et qu’un sama­ri­tain gref­fé sur un super­bri­co­leur
est venu à mon secours

J’ai une mai­son, mais à part des répa­ra­tions mineures,
pein­ture, plâ­trage, prises élec­triques, com­mu­ta­teurs
je n’ai jamais été vrai­ment capable d’intervenir
dans le fonc­tion­ne­ment du sys­tème, ni détar­trer la bouilloire,
ni répa­rer le chauf­fage, le gaz,
ni faire face aux appa­reils ména­gers
et quand la télé se détraque
c’est en vain qu’on me parle de diodes, de tubes et tout le bazar
je suis livré au bon vou­loir de tel ou tel maître

Je vis dans ma peau, mais ne sais abso­lu­ment pas
quelle glande éva­cue quoi et où,
ce qui pro­duit les enzymes, com­ment se résorbe
mon disque inter­ver­té­bral pul­vé­ri­sé,
je tâte sous ma peau des pro­tu­bé­rances sus­pectes, des tumé­fac­tions,
les veines saillantes comme des carac­tères en braille,
j’observe avec effroi les flèches qui s’insinuent par­fois
en essayant de devi­ner laquelle annonce une décla­ra­tion de guerre
et quand sur­gi­ront de la jungle des tis­sus vivants
les Indiens hur­leurs et cueilleurs de scalps

Je me sers du monde, je vais et je viens sur son écorce,
sans res­sen­tir de mou­ve­ment tec­to­nique
de bouillon­ne­ment de lave, de fré­mis­se­ment interne ner­veux,
tel le pêcheur du dimanche sur le dos
de l’élément tan­tôt lisse, tan­tôt hir­sute, tan­tôt bri­sé
tan­dis que la mêlée ani­male et végé­tale
s’entredévore ou s’accouple sous la barque qui oscille lour­de­ment
et que d’en haut, obéis­sant à des lois illi­sibles se roule, se défait
s’ordonne le mur vivant de vagues amon­ce­lées
dont nous res­sen­tons en fré­mis­sant d’horreur la menace sourde.

 

Reggeli, illustration de Tóth Pitya István
Illus­tra­tion de Tóth Pitya István

 

Felszínen

Haszná­lom számító­gé­pe­met,
de fogal­mam sincs, a képer­nyő koc­so­nyás
szilí­cium­zi­ze­gése mögött miféle
réz­ci­kor­nyá­kon, béla­la­gu­ta­kon illan
az ujj­beg­gyel beletöltött
okosság- és butasá­gra­komá­ny,
és hogy mikép­pen rej­ti
szá­mok-betűk egymá­sután­ja
a kutyus­nak
oda­ve­tett néma utasítá­so­kat

Veze­tek autót, de min­dig csak
oko­san bólo­ga­tok, míg autós­ze­relőim
besült dugat­tyúról, kié­gett tömí­tésről,
felfúrt hen­gerről érte­kez­tek,
az illem ked­véért haboz­tam,
mikor kér­dez­ték, elvég­zem-e
otthon a javítást magam, vagy inkább
ők csinál­ják, buzgón keres­tem
a hűtő­rend­szer fúvóká­ját, mikor
útfé­len lerob­ban­tam, s egy ezer­mes­terbe
oltott sza­ma­ritá­nus segít­sé­gemre
sie­tett

Van házam, de apróbb javítá­soktól, fes­téstől,
glet­te­léstől, kon­nek­to­rok, dugal­jak reparálásától
elte­kintve sose vol­tam képes komo­lyan
belea­vat­koz­ni a rend­szer műkö­dé­sébe, boj­ler
vízkö­vét kiürí­te­ni, fűtést, gázt
meg­sze­rel­ni, leé­gett, meghibá­so­dott
ház­tartá­si gépe­ken eli­ga­zod­ni, s ha a tévé
tön­kre­men­gy, nekem ugyan hiá­ba
emle­get­nek diódát, képcsö­vet, mie­gymást, ki vagyok
szolgál­tat­va az ilyen-olyan mes­te­rek
kénye-ked­vé­nek

Élek a bőröm­ben, de sej­tel­mem sincs,
miféle miri­gyek mit és hová ürí­te­nek,
hol kelet­kez­nek enzi­mek, miként szívó­dik fel
poz­dor­jává tört por­cko­ron­gom
az ízü­le­tek között, úgy tapo­ga­tom ki
a bőr alatt a gyanús dudo­ro­kat, duz­za­na­to­kat,
kiu­gró ere­ket, mint isme­ret­len
vakírás-karak­te­re­ket, figye­lem rémül­ten
a fáj­da­lom oly­kor átsur­ranó nyi­lait,
talál­gat­va, melyik jelent majd hadü­ze­ne­tet,
s mikor tör­nek elő a szö­ve­tek dzsun­ge­léből huj­jogó
skalps­zedő indiá­nok

Haszná­lom a vilá­got, járok-kelek a kér­gén, nem sejtve
tek­to­ni­kus mozgást, láva­for­tyogást,
ideges belső rez­ze­né­se­ket,
akár koca­halász a hol sima,
hol boly­hos, hol meg sza­ka­do­zott
elem hátán, míg állat- és növé­ny­ka­vargás
fal­ja-nem­zi egymást
bambán billegő csó­nak­ja alatt,
és felülről átlá­tha­tat­lan tör­vé­nyek sze­rint
hen­gerül, ziláló­dik, ren­dező­dik
egymás­ra tor­nyo­zott hullá­mok élő fala
Bor­zong­va érzé­kel­jük a
tom­pa fenye­ge­tést

Mouvements contraires

À chaque fois que je prends l’avion,
on démo­lit une ville entière
Des murs antiques geignent dou­lou­reu­se­ment
à cause de mon silence meur­trier
de salle d’attente
Des ouvriers arrivent, se mettent au tra­vail,
brûlent des habits, des objets per­son­nels,
ils assemblent tout ce qui était néces­saire
pour la vie des gens là-bas, et qui est
deve­nu super­flu après mon départ :
par­tout des amas inutiles d’objets divers,
des mul­ti­tudes de lits, de tables ; par­tout des
che­mi­nées qui s’écroulent – les mosaïques
des murs d’appartement, recou­verts de dif­fé­rents
papiers peints dis­pa­raissent pro­gres­si­ve­ment.
À chaque fois que je pars, une ville meurt de cha­grin.
Mais à ce moment-là, une autre ville,
celle de ma des­ti­na­tion, est déjà en construc­tion :
on creuse le lit des rivières, on bri­cole des for­ti­fi­ca­tions,
pour mon plai­sir, on remonte des églises médié­vales
à l’aide de grues, on polit les esca­liers de marbre,
comme s’ils avaient été usés pen­dant des siècles
par des mil­liers de pas humains, et le relief en cuivre des exvo­tos
lui­ra, dorée, là où la caresse des mains
et les bouches dévotes auraient lais­sé leurs traces.
Les auto­ri­tés informent les figu­rants autoch­tones :
ils devront tous faire sem­blant de ne pas m’apercevoir,
de ne pas com­prendre ma langue,
et me don­ner des ren­sei­gne­ments
d’un air bien­veillant, avec force détails,
parce que c’est un digni­taire assoif­fé d’exotisme,
évi­tant tout pro­to­cole qui arrive : le moi.

Ellenmozgás

Min­dig lerom­bol­nak egy várost,
mikor komó­to­san repülőre szál­lok.
Gyil­kos váró­ter­mi tét­len­sé­ge­met
síny­lik már a tör­té­nel­mi falak.
Munká­sok jön­nek, nekilát­nak,
ruhát éget­nek, sze­mé­lyes tár­gya­kat,
has­zon­ta­lan kupac­ba öss­ze­dobál­nak
mindent, ami az otta­ni embe­rek
éle­té­hez szük­séges, de távozá­som­mal
fölös­le­ges­sé vált: ágyak, asz­ta­lok
gar­madá­ját, kémé­nyek omla­nak,
s a tűz­fa­la­kra rára­j­zoló­dott,
más-más tapétá­jú szobák
utolsó fala is öss­zedől mögöt­tem.
Utá­nam hal bánatá­ban min­dig egy város.
Eköz­ben lázas siet­ség­gel épül már egy másik,
ahová épp igyeks­zem, folyó­me­dret kotor­nak,
vár­fa­lat rónak össze, emelő­da­ru­val ked­ve­mért
közép­ko­ri tem­plo­mo­kat bol­toz­nak,
a lépcső­fo­ko­kat csis­zoló­val fényesí­tik
olyan­ra, min­tha lábak ezrei kop­tatták vol­na
homorú­ra szá­za­dok során, s a foga­dal­mi
réz­dom­borművön is patinától mentes, kifogás­ta­lan
ara­nyszín folt jel­zi a simo­gató kezek,
csó­koló ajkak fel­té­te­le­zett nyo­mait.
Köz­le­mé­ny­ben adják a bennszülött sta­tiszták
tudtá­ra: sen­ki rám se hederít­sen,
nyel­vem ne értse, jóin­du­lat­tal, de nehéz­ke­sen
igazít­son útba, mert sze­mé­lyem­ben
egzo­ti­kum­ra vágyó, pro­to­kollt kerülő,
magas­rangú utas érke­zik végre meg: az én.

Elle change sans cesse de forme

À Lorand Gas­par

La mer est ma langue mater­nelle
avais-tu dit, je crois.
Pour moi, elle est plu­tôt mon corps.
Ivresse vert-absinthe, rou­le­ment d’un pro­fond vio­let,
sous un ciel sou­dain maus­sade d’Italie ;
cla­meur gla­cée au Nord, la leçon
sans pitié que j’ai reçue, tan­dis que
le soleil imper­cep­ti­ble­ment pelait
jusqu’à la chair crue le vin de mon corps ;
croûte soyeuse de cailloux à Nice,
lorsqu’une vague vaga­bonde est entrée
dans ma chaus­sure, elle lui allait bien
et nous y avons tenu tous les deux.
Et l’élan où il y va de la vie est impor­tant
le fait qu’elle ne peut tenir (comme moi)
entre les deux rives, qu’à chaque ins­tant
elle se rue sur la même tâche et s’enfuit
aus­si­tôt en bon­dis­sant écu­meuse
dans les hau­teurs alors qu’elle devrait
se tordre par terre comme un mal­fai­teur
enve­lop­pé dans une bâche de nylon tur­quoise.
Impor­tant qu’elle soit pois­son et oiseau, pou­liche
à l’aller et crabe au retour, qu’elle change sans cesse
de forme, mais de plus en plus elle-même.
Elle me rap­pelle Quelqu’un
qui des deux mains dila­pide ce qu’il a,
jette sur la rive des perles, de l’argent,
pousse à l’extrême le fait d’être fidèle ou infi­dèle,
s’éloigne telles les bosses des cha­meaux dans l’infini,
puis se couche, petit chien, à tes pieds.

Kicsi, illustration de Tóth Pitya István
Illus­tra­tion de Tóth Pitya István

Alakot vált untalan

Lorand Gas­par­nak

Nekem a ten­ger az anya­nyel­vem”
így mond­tad, azt his­zem.
Nekem inkább tes­tem a ten­ger.
Abs­zintzöld mámor, hem­per­gés pad­lizsán-lila,
hir­te­len mor­cos olasz ég alatt;
fagyos har­sogás észa­kon, hol irgal­mat­la­nul
megle­ckéz­te­tett a nap, ész­re­vét­len
hán­tot­ta nyers húsig bőrö­met;
selymes kavics-kéreg Nizzá­ban,
mikor bele­lé­pett cipőmbe egy elkó­bo­rolt
hullám, s elfértünk benne ket­ten, a láb­be­li
épp jó volt neki.
És fon­tos az élet­ves­zé­lyes
lendü­let, hogy nem fér meg
part­jai között, hogy pilla­na­ton­ként fut neki
ugya­nan­nak a fela­dat­nak, s fut meg előle,
hogy habo­san magas­ba szö­kik, pedig
tür­kiz nej­lon­po­nyvá­ba csa­var­va,
lefü­lelt gonosz­tevő­ként kel­lene
a földön rán­gatóz­nia.
Hogy ő hal és madár, oda­fe­lé csikó,
viss­za­fe­lé rák, hogy ala­kot
vált unta­lan, de egyre inkább
önma­ga.
Emlé­kez­tet Vala­kire,
aki két kéz­zel paza­rol­ja, amije
van, vag­dos a par­thoz gyön­gyöt, ezüstöt,
túlzás­ba visz hűt­len­sé­get s hűsé­get,
tevepú­pok boltí­vei­ként távo­lo­dik a vég­te­lenbe,
majd kis­ku­tya­ként lábad elé hever.

Le goût absolu

À Lucien Noul­lez

Écrire, lire le pay­sage.
T’inscrire, te lire dans le pay­sage.
Regar­der les nuages au-des­sus de toi.
Non parce que beau­coup d’autres
non parce que peu d’autres
les regardent.
Ce regard n’a rien à voir
avec beau­coup ni avec peu.
Attendre que cet au-des­sus
s’inscrive, se lise
dans ton ici-bas.
Et c’est main­te­nant
que la pre­mière goutte de pluie
appa­raît, se dis­sout dans ton vin.
C’est main­te­nant que tu lis,
que tu goûtes son mes­sage.

Illustration de Tóth Pitya István
Illus­tra­tion de Tóth Pitya István

Abszolút ízlelés

Lucien Noul­lez-nak

Beleír­ni-beleol­vas­ni a táj­ba.
Beleír­ni-beleol­vas­ni maga­dat.
Néz­ni felet­ted a fel­le­ge­ket.
Nem mert sokan nézik,
sem mert keve­sen nézik,
a nézés­nek nincs köze sokhoz,
se kevé­shez.
Vár­ni, hogy a fent majd
beleír-beleol­vas a lentbe.
Most ír bele, most ér bele
borod­ba az első esőc­sepp.
Most ízle­led, most olva­sod
üze­ne­tét.

Turquoise

Les géo­logues ont pris des échan­tillons
du sol dans la forêt, tel était leur tra­vail,
mais au fond du lit d’un ruis­seau,
sou­dai­ne­ment, ils sont tom­bés sur
des mine­rais d’un bleu violent, incon­nu
Ils en ont ramas­sé ample­ment et reven­du
une bonne quan­ti­té,
les braves gens en ache­taient
l’emportaient comme du sucre
L’un des experts par curio­si­té
a tout de même bri­sé l’un de ces micas
his­toire de voir ce qui se cachait dedans
Il a trou­vé un mor­ceau d’excrément de bre­bis –
quelques sub­stances miné­rales
se cris­tal­li­saient appa­rem­ment
autour de cette matière
Dis-moi, n’est-ce pas autour
de la fiente que le réel
laisse tom­ber sur le che­min
que nous construi­sons
l’étrange tur­quoise
de nos poèmes ?

Encián

Tala­j­mintát vet­tek az erdőn, szó­val
éppen tet­ték a dol­gu­kat a geoló­gu­sok,
mikor ráa­kad­tak a patak vizé­ben
marokszám­ra heverő
isme­ret­len, rikító kék kristá­ly­ra
Szed­tek belőle jócskán, s a pia­con
árul­ni kezd­ték, a jónép vette, vitte,
akár a cukrot
Kívánc­siságból egyikük mégis
öss­zetört egy ilyen csillá­mot, lás­sa,
ugyan mi van a bel­se­jé­ben
Nem mást talált, mint bir­ka­bo­gyót,
úgy láts­zik, a vízből épp a gana­j­ra
csapó­dik ki vala­mi ásvá­ny
S mondd, mi talán nem a valóság
elhul­la­j­tott ürü­léke köré
épít­jük a vers­nek
különös encián­ját?

Le veuf du poète

À ma mémoire

Je suis le veuf du poète
des larmes me viennent et je ramasse
de l’argent pour une cou­ronne
dans mon encrier
la veine a gelé
je fais des pro­jets
en vue d’une chambre funé­raire
céré­mo­nie et plaque de marbre
dis­cours aus­si
lec­ture d’acteur
évé­ne­ments divers
si je n’ai pas les moyens de faire plus
puisque je ne suis pas poète
juste le veuf du poète.

A költő özvegye

magam emlé­kére

A költő özve­gye vagyok
kön­nyez­ge­tek és kos­zorú­ra gyű­jtök
tin­ta­tartóm­ban
a véna meg­fa­gyott
emléks­zobát és ünnep­sé­get
márvá­nytá­blát szer­ve­zek
meg bes­zé­det
szí­nészt felol­vasást
különböző ese­mé­nye­ket
ha más­ra már nem telik
hisz költő nem vagyok,
a költő özve­gye csupán

Deux parallèles

1.

Dans la biblio­thèque, der­rière le cré­pi,
un mur de livres illi­sibles se cache
et les fila­ments élec­triques des lettres
captent cha­leur et froid.

Sur les rayons une ran­gée de briques
en terre cuite impos­sible à feuille­ter
– à l’intérieur de ces cubes, des sou­ve­nirs
de pay­sages empor­tés par les rivières d’antan,
leur cou­leur rous­sie par le feu
est sem­blable à celle d’un visage
qui s’est pen­ché (pour réflé­chir ou s’y jeter ?)
au-des­sus de l’eau.

2.

Les boîtes à lettres sont autant de ruches,
l’apiculteur y plonge chaque jour
de nou­veaux gâteaux de cire,
ici ou là par la fente
une lettre s’envole en bour­don­nant.

Les ruches sont autant de boîtes à lettres,
l’écriture bour­don­nante s’accumule au-dedans
pour faire mûrir les phrases
du texte qu’on glisse dans une enve­loppe
– enfin nous pour­rons lire le miel.

 

 

Két párhuzam

1.

A könyvtár­ban a vako­lat mögött
olva­sha­tat­lan könyv-fal rej­te­zik
és a betűk hőtartó szá­lai
ejte­nek foglyul hide­get-mele­get

A pol­co­kon tégla­sor áll
belé­la­poz­ha­tat­lan ége­tett agyag
e tömbök­ben rég tova­fo­lyt folyók
sodor­ta tájak emlé­ke­zete
tűz­ben pirult színük egy arcé
mely egy­kor (tűnőd­ni vagy ugor­ni)
a vízre ráha­jolt

2.

A pos­taládák mind megan­nyi kaptár
új lépet tesz be min­den­nap a méhész
egy-egy betű
zümmögve röp­pen ki a résen

A kaptá­rak mind pos­taládák
zizegő betűn­ként hull belé­jük
egy-egy szö­veg ott érik össze
borí­ték­ba csuss­zant mon­da­tokká
s mi olva­shat­juk majd a mézet

Chevaux de chambre

Des che­vaux mélan­co­liques regardent au dehors
à tra­vers la fente des rideaux
leurs têtes sont vertes
leurs cous pas plus larges qu’un doigt
leurs corps enter­rés dans un pot
l’aube des­sine des taches de buée
sur les car­reaux autour de leurs narines
et ils mâchonnent
des den­telles tis­sées d’or
quelques franges légères
et dressent les oreilles
pour entendre si dans la chambre
bouge le pied d’éléphant des meubles
si les livres battent des ailes
si les pan­toufles héris­sons
flairent les feuilles mortes du tapis
Mais jamais ils ne retournent
leurs têtes de plomb immer­gées
dans les pro­fon­deurs des racines
d’un long galop infi­ni.

 

Illustration de Tóth Pitya István
Illus­tra­tion de Tóth Pitya István

 

Szobalovak

A függö­ny­ré­sen busa zöld­fe­jű
bána­tos lovak pis­lan­ta­nak ki
nya­kuk alig egyu­j­j­nyi vas­tag
testük cse­rép földbe temetve
abla­kra raj­zolt mas­za­tos két
pára­folt­tal írja körül
orr­li­kai­kat a reg­gel
s ők bele-bele­ma­js­zol­nak
egy-egy kön­nyű fodor­ba
ara­nyló szálú rojt­ba
és fülü­ket hegye­zik
moc­can-e oda­benn
bútor elefánt-lába
szár­nyai­kat sur­rog­va
nyi­to­gat­ják-e köny­vek
papuc­sok sün­disznói
szus­zo­gnak-e a sző­nyeg-avar­ban
De ólom-fejü­ket
nem fordít­ják sose hátra
elmerül­tek a gyö­kér-mélyi
lassú vég­te­len vág­tatás­ban

Ô villes

Ô villes qui grat­tez le corps
des cieux nageant tout en haut
toutes vos tours sont trop aiguës
vos antennes – autant de seringues – injectent
le liquide trans­pa­rent et étran­ger de leurs ondes
dans le bras de l’espace qui se gonfle
et bleuâtre s’enflamme chaque soir.

 

Ó városok

Ó váro­sok a tovaúszó egek
tes­tét karis­tolók alkal­mat­la­nul éles
min­den tor­nyo­tok
anten­na-injek­ció­val hullám­hoss­zok
áttetsző ide­gen folya­dékát
fecs­ken­de­zi­tek a tér­nek
alkar­já­ba ame­ly feszül és dagad és
estére lilán begyul­lad

Herbivores

Il n’est pas éton­nant que nous convoi­tions
les végé­taux bul­beux
dont la forme pleine de jus évoque
les pro­tu­bé­rances sédui­santes du corps humain
Cet éro­tisme inno­cent et végé­tal nous attire
comme le vol fatal de la banane balis­tique
le dévoue­ment de l’orange
qui s’effiloche dans l’amour
la mort rapide du radis rose
ce kami­kaze englou­ti dans notre bouche
Mais pour­quoi est-ce qu’on mange
les par­ties végé­tales rabou­gries
pour­quoi est-ce que je mâchais tou­jours
avec enthou­siasme la dou­blure blanche oua­tée
de la peau de l’orange, pour­quoi ai-je
lon­gue­ment cher­ché par­mi les pétales
de la fleur du faux aca­cia le minus­cule
stig­mate, pour­quoi dévore-t-on
oseilles et per­sil, épices et herbes ?
Quelle est la cause de
cette avi­di­té gour­mande ?
Et qui tente de ven­ger
la mort de ses confrères en com­bat­tant
le genre féroce des her­bi­vores ?
Uni­que­ment les plantes car­ni­vores.

 

Illustration de Tóth Pitya István
Illus­tra­tion de Tóth Pitya István

 

Növényevők

Hogy az embe­ri test kívá­na­tos
dom­bo­ru­la­tait idéző, duz­zadó,
leveses gumó­kat megkíván­juk, nem cso­da
Vonz az ártat­lan, növé­nyi ero­ti­ka,
az áram­vo­na­las banán bec­sapódá­sa,
a narancs fosz­la­dozó odaadá­sa,
hagy­ma ropogá­sa, ízé­nek széts­za­ladá­sa,
seb­ti­ben beka­pott fia­tal retek
kami­kaze-halá­la
De ugyan mit eszünk a cse­ne­vész,
nedvs­ze­gé­ny növé­nyi rés­ze­ken,
miért harapdál­tam min­dig lel­ke­sen
a naranc­shéj ízet­len, vattás, fehér
bélé­sét, miért kutat­tam az akác­virág
szir­mai közt a foghe­gyre alig elég bibét,
miért pusztí­tunk sóskát, petrez­se­ly­met,
fűs­zernö­vé­nyt és gyó­gyfü­vet?
Ínyenc mohósá­gun­kat
mi indo­kol­hat­ja meg?
És ki próbál bosszút áll­ni a maga sze­ré­ny
eszkö­zei­vel a növé­nyevők nem­te­len nemén?
Csak a húsevő növé­ny.

Références et traductions

Cœur de sou­ris ; En sur­face ; Mou­ve­ments contraires & Elle change sans cesse de forme sont des poèmes inédits en fran­çais extraits du recueil Point de contact
Tra­duc­tion de Lorand Gas­par et Sarah Clair

Goût abso­lu est extrait du recueil Menace désar­mée
Tra­duc­tion de Jacques Filan

Tur­quoise ; Le veuf du poète & Deux paral­lèles sont extraits du recueil Menace désar­mée
Tra­duc­tions de Jacques Filan

Che­vaux de chambre ; Ô villes & Her­bi­vores sont extraits du recueil Che­vaux de chambre
Tra­duc­tions de Lorand Gas­par, Sarah Clair et Jacques Filan

Auteur(s) / Artiste(s)

János Lackfi

Né en 1971 à Budapest, le poète hongrois Lackfi János a publié sept recueils de poésie, deux récits, un roman et six volumes de ses contes et poésies pour enfants. Il a reçu la bourse Soros pour son oeuvre poétique (1998), les prestigieux prix József Attila (2000), Déry Tibor (2001) et Salvatore Quasimodo (2002), ainsi que le prix Pégase de l’Académie Européenne de la Poésie (2009).

Traducteur de la littérature française, il a publié vingt recueils de traductions (œuvres de Breton, de M. Jacob, d’Échenoz, de Gailly, de Maeterlinck, etc.), a obtenu le Prix Illyés de la Société des Gens de Lettre de Paris et du PEN Club hongrois (1998), le Prix de Traduction de la Communauté Française de Belgique (1999) et la bourse du CNL (2004).

Rédacteur depuis 1999 de la revue littéraire mondiale Nagyvilág fondée en 1956, il enseigne la poésie française, la traduction littéraire et l’écriture à l’Université Catholique Pázmány Péter depuis 1997.

Un choix de ses textes traduit par l’auteur, Lorand Gaspar, Sarah Clair, et Georges Timar a paru chez Taillis Pré (Signes de vie, Châtelineau, Belgique) en 2002. Ses deux récits ont été publiés en français en 2006 (Deux saltos vrillés, Éd. Széphalom, Budapest). Une poignée de ses nouveaux textes traduits vers le francais ont été publiés dans le recueil Trois poètes hongrois (Lackfi János, Tóth Krisztina, Imreh András), Murmure, Dijon, 2009.

István Tóth Pitya

Entre 1974 et 1978 il entreprend des études d’Art à Budapest, et obtient son diplôme en 1986 à l’Ecole Royale d’Arts Appliqués de Budapest. De 1986 à 2001 il enseigne le dessin et le stylisme aux étudiants en arts graphiques et textiles à Pécs.

Actuellement, il est plasticien, graphiste et professeur de dessin, il participe et crée de nombreux projets d’art nationaux/internationaux et s’est vu attribuer plusieurs prix artistiques. Entre 1993 et 2015, plus de vingt expositions sont consacrées à ses oeuvres.

Son courriel et sa page Facebook

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 188 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :