Skip navigation

Première partie

Cœur de souris

Quoique tu serres très fort
cette poignée de sable dans ta main
par des fentes invisibles elle disparaît
D’abord c’est comme un cœur de porc
dur et palpitant
puis un cœur de dinde un cœur de poule
un cœur de souris enfin
Battements de moins en moins forts
d’un rythme de plus en plus vif
Il n’en reste qu’une pulsation
de silicium
et quelques grains scintillants de mica.

Egérszív

Bármilyen erősen szorítasz markodba
egy adag száraz homokot
az eresztékeken észrevétlen kicsorog
először disznószívnyi lüktető kemény
majd pulykaszív csirkeszív
egérszív csupán
Egyre kisebbeket dobban
egyre szaporábban
a lüktető szilícium
pár szemcse csillám
marad nyomában

En surface

Je me sers de mon ordinateur,
mais je ne sais absolument pas
à travers quelle sorte d’ornements
de cuivre, de tunnels, d’entrailles
derrière le grésillement de silicium de l’écran
la charge d’intelligence et de bêtise répandue par
le bout des doigts s’évapore et de quelle façon
il cache la suite de chiffres et de mots
les ordres muets jetés aux chiots

Je conduis des voitures, mais je ne fais qu’opiner de la tête
quand les mécaniciens me parlent de piston,
de joints brûlés, de cylindres à recalibrer,
par politesse j’ai hésité quand ils m’ont demandé
si j’allais moi-même faire la réparation
ou si je préférais qu’ils s’en chargent,
je cherchais avec application la soupape de refroidissement du moteur
quand sur la route je suis tombé en panne
et qu’un samaritain greffé sur un superbricoleur
est venu à mon secours

J’ai une maison, mais à part des réparations mineures,
peinture, plâtrage, prises électriques, commutateurs
je n’ai jamais été vraiment capable d’intervenir
dans le fonctionnement du système, ni détartrer la bouilloire,
ni réparer le chauffage, le gaz,
ni faire face aux appareils ménagers
et quand la télé se détraque
c’est en vain qu’on me parle de diodes, de tubes et tout le bazar
je suis livré au bon vouloir de tel ou tel maître

Je vis dans ma peau, mais ne sais absolument pas
quelle glande évacue quoi et où,
ce qui produit les enzymes, comment se résorbe
mon disque intervertébral pulvérisé,
je tâte sous ma peau des protubérances suspectes, des tuméfactions,
les veines saillantes comme des caractères en braille,
j’observe avec effroi les flèches qui s’insinuent parfois
en essayant de deviner laquelle annonce une déclaration de guerre
et quand surgiront de la jungle des tissus vivants
les Indiens hurleurs et cueilleurs de scalps

Je me sers du monde, je vais et je viens sur son écorce,
sans ressentir de mouvement tectonique
de bouillonnement de lave, de frémissement interne nerveux,
tel le pêcheur du dimanche sur le dos
de l’élément tantôt lisse, tantôt hirsute, tantôt brisé
tandis que la mêlée animale et végétale
s’entredévore ou s’accouple sous la barque qui oscille lourdement
et que d’en haut, obéissant à des lois illisibles se roule, se défait
s’ordonne le mur vivant de vagues amoncelées
dont nous ressentons en frémissant d’horreur la menace sourde.

 

Reggeli, illustration de Tóth Pitya István

Illustration de Tóth Pitya István


Felszínen

Használom számítógépemet,
de fogalmam sincs, a képernyő kocsonyás
szilíciumzizegése mögött miféle
rézcikornyákon, bélalagutakon illan
az ujjbeggyel beletöltött
okosság- és butaságrakomány,
és hogy miképpen rejti
számok-betűk egymásutánja
a kutyusnak
odavetett néma utasításokat

Vezetek autót, de mindig csak
okosan bólogatok, míg autószerelőim
besült dugattyúról, kiégett tömítésről,
felfúrt hengerről értekeztek,
az illem kedvéért haboztam,
mikor kérdezték, elvégzem-e
otthon a javítást magam, vagy inkább
ők csinálják, buzgón kerestem
a hűtőrendszer fúvókáját, mikor
útfélen lerobbantam, s egy ezermesterbe
oltott szamaritánus segítségemre
sietett

Van házam, de apróbb javításoktól, festéstől,
gletteléstől, konnektorok, dugaljak reparálásától
eltekintve sose voltam képes komolyan
beleavatkozni a rendszer működésébe, bojler
vízkövét kiüríteni, fűtést, gázt
megszerelni, leégett, meghibásodott
háztartási gépeken eligazodni, s ha a tévé
tönkremengy, nekem ugyan hiába
emlegetnek diódát, képcsövet, miegymást, ki vagyok
szolgáltatva az ilyen-olyan mesterek
kénye-kedvének

Élek a bőrömben, de sejtelmem sincs,
miféle mirigyek mit és hová ürítenek,
hol keletkeznek enzimek, miként szívódik fel
pozdorjává tört porckorongom
az ízületek között, úgy tapogatom ki
a bőr alatt a gyanús dudorokat, duzzanatokat,
kiugró ereket, mint ismeretlen
vakírás-karaktereket, figyelem rémülten
a fájdalom olykor átsurranó nyilait,
találgatva, melyik jelent majd hadüzenetet,
s mikor törnek elő a szövetek dzsungeléből hujjogó
skalpszedő indiánok

Használom a világot, járok-kelek a kérgén, nem sejtve
tektonikus mozgást, lávafortyogást,
ideges belső rezzenéseket,
akár kocahalász a hol sima,
hol bolyhos, hol meg szakadozott
elem hátán, míg állat- és növénykavargás
falja-nemzi egymást
bambán billegő csónakja alatt,
és felülről átláthatatlan törvények szerint
hengerül, zilálódik, rendeződik
egymásra tornyozott hullámok élő fala
Borzongva érzékeljük a
tompa fenyegetést

Mouvements contraires

À chaque fois que je prends l’avion,
on démolit une ville entière
Des murs antiques geignent douloureusement
à cause de mon silence meurtrier
de salle d’attente
Des ouvriers arrivent, se mettent au travail,
brûlent des habits, des objets personnels,
ils assemblent tout ce qui était nécessaire
pour la vie des gens là-bas, et qui est
devenu superflu après mon départ :
partout des amas inutiles d’objets divers,
des multitudes de lits, de tables ; partout des
cheminées qui s’écroulent – les mosaïques
des murs d’appartement, recouverts de différents
papiers peints disparaissent progressivement.
À chaque fois que je pars, une ville meurt de chagrin.
Mais à ce moment-là, une autre ville,
celle de ma destination, est déjà en construction :
on creuse le lit des rivières, on bricole des fortifications,
pour mon plaisir, on remonte des églises médiévales
à l’aide de grues, on polit les escaliers de marbre,
comme s’ils avaient été usés pendant des siècles
par des milliers de pas humains, et le relief en cuivre des exvotos
luira, dorée, là où la caresse des mains
et les bouches dévotes auraient laissé leurs traces.
Les autorités informent les figurants autochtones :
ils devront tous faire semblant de ne pas m’apercevoir,
de ne pas comprendre ma langue,
et me donner des renseignements
d’un air bienveillant, avec force détails,
parce que c’est un dignitaire assoiffé d’exotisme,
évitant tout protocole qui arrive : le moi.

Ellenmozgás

Mindig lerombolnak egy várost,
mikor komótosan repülőre szállok.
Gyilkos várótermi tétlenségemet
sínylik már a történelmi falak.
Munkások jönnek, nekilátnak,
ruhát égetnek, személyes tárgyakat,
haszontalan kupacba összedobálnak
mindent, ami az ottani emberek
életéhez szükséges, de távozásommal
fölöslegessé vált: ágyak, asztalok
garmadáját, kémények omlanak,
s a tűzfalakra rárajzolódott,
más-más tapétájú szobák
utolsó fala is összedől mögöttem.
Utánam hal bánatában mindig egy város.
Eközben lázas sietséggel épül már egy másik,
ahová épp igyekszem, folyómedret kotornak,
várfalat rónak össze, emelődaruval kedvemért
középkori templomokat boltoznak,
a lépcsőfokokat csiszolóval fényesítik
olyanra, mintha lábak ezrei koptatták volna
homorúra századok során, s a fogadalmi
rézdomborművön is patinától mentes, kifogástalan
aranyszín folt jelzi a simogató kezek,
csókoló ajkak feltételezett nyomait.
Közleményben adják a bennszülött statiszták
tudtára: senki rám se hederítsen,
nyelvem ne értse, jóindulattal, de nehézkesen
igazítson útba, mert személyemben
egzotikumra vágyó, protokollt kerülő,
magasrangú utas érkezik végre meg: az én.

Elle change sans cesse de forme

À Lorand Gaspar

La mer est ma langue maternelle
avais-tu dit, je crois.
Pour moi, elle est plutôt mon corps.
Ivresse vert-absinthe, roulement d’un profond violet,
sous un ciel soudain maussade d’Italie ;
clameur glacée au Nord, la leçon
sans pitié que j’ai reçue, tandis que
le soleil imperceptiblement pelait
jusqu’à la chair crue le vin de mon corps ;
croûte soyeuse de cailloux à Nice,
lorsqu’une vague vagabonde est entrée
dans ma chaussure, elle lui allait bien
et nous y avons tenu tous les deux.
Et l’élan où il y va de la vie est important
le fait qu’elle ne peut tenir (comme moi)
entre les deux rives, qu’à chaque instant
elle se rue sur la même tâche et s’enfuit
aussitôt en bondissant écumeuse
dans les hauteurs alors qu’elle devrait
se tordre par terre comme un malfaiteur
enveloppé dans une bâche de nylon turquoise.
Important qu’elle soit poisson et oiseau, pouliche
à l’aller et crabe au retour, qu’elle change sans cesse
de forme, mais de plus en plus elle-même.
Elle me rappelle Quelqu’un
qui des deux mains dilapide ce qu’il a,
jette sur la rive des perles, de l’argent,
pousse à l’extrême le fait d’être fidèle ou infidèle,
s’éloigne telles les bosses des chameaux dans l’infini,
puis se couche, petit chien, à tes pieds.

Kicsi, illustration de Tóth Pitya István

Illustration de Tóth Pitya István

Alakot vált untalan

Lorand Gasparnak

“Nekem a tenger az anyanyelvem”
így mondtad, azt hiszem.
Nekem inkább testem a tenger.
Abszintzöld mámor, hempergés padlizsán-lila,
hirtelen morcos olasz ég alatt;
fagyos harsogás északon, hol irgalmatlanul
megleckéztetett a nap, észrevétlen
hántotta nyers húsig bőrömet;
selymes kavics-kéreg Nizzában,
mikor belelépett cipőmbe egy elkóborolt
hullám, s elfértünk benne ketten, a lábbeli
épp jó volt neki.
És fontos az életveszélyes
lendület, hogy nem fér meg
partjai között, hogy pillanatonként fut neki
ugyanannak a feladatnak, s fut meg előle,
hogy habosan magasba szökik, pedig
türkiz nejlonponyvába csavarva,
lefülelt gonosztevőként kellene
a földön rángatóznia.
Hogy ő hal és madár, odafelé csikó,
visszafelé rák, hogy alakot
vált untalan, de egyre inkább
önmaga.
Emlékeztet Valakire,
aki két kézzel pazarolja, amije
van, vagdos a parthoz gyöngyöt, ezüstöt,
túlzásba visz hűtlenséget s hűséget,
tevepúpok boltíveiként távolodik a végtelenbe,
majd kiskutyaként lábad elé hever.

Le goût absolu

À Lucien Noullez

Écrire, lire le paysage.
T’inscrire, te lire dans le paysage.
Regarder les nuages au-dessus de toi.
Non parce que beaucoup d’autres
non parce que peu d’autres
les regardent.
Ce regard n’a rien à voir
avec beaucoup ni avec peu.
Attendre que cet au-dessus
s’inscrive, se lise
dans ton ici-bas.
Et c’est maintenant
que la première goutte de pluie
apparaît, se dissout dans ton vin.
C’est maintenant que tu lis,
que tu goûtes son message.

Illustration de Tóth Pitya István

Illustration de Tóth Pitya István

Abszolút ízlelés

Lucien Noullez-nak

Beleírni-beleolvasni a tájba.
Beleírni-beleolvasni magadat.
Nézni feletted a fellegeket.
Nem mert sokan nézik,
sem mert kevesen nézik,
a nézésnek nincs köze sokhoz,
se kevéshez.
Várni, hogy a fent majd
beleír-beleolvas a lentbe.
Most ír bele, most ér bele
borodba az első esőcsepp.
Most ízleled, most olvasod
üzenetét.

Lire la deuxième partie

Références et traductions

Cœur de souris ; En surface ; Mouvements contraires & Elle change sans cesse de forme sont des poèmes inédits en français extraits du recueil Point de contact
Traduction de Lorand Gaspar et Sarah Clair

Goût absolu est extrait du recueil Menace désarmée
Traduction de Jacques Filan


János Lackfi :

Né en 1971 à Budapest, le poète hongrois Lackfi János a publié sept recueils de poésie, deux récits, un roman et six volumes de ses contes et poésies pour enfants. Il a reçu la bourse Soros pour son oeuvre poétique (1998), les prestigieux prix József Attila (2000), Déry Tibor (2001) et Salvatore Quasimodo (2002), ainsi que le prix Pégase de l’Académie Européenne de la Poésie (2009).

Traducteur de la littérature française, il a publié vingt recueils de traductions (œuvres de Breton, de M. Jacob, d’Échenoz, de Gailly, de Maeterlinck, etc.), a obtenu le Prix Illyés de la Société des Gens de Lettre de Paris et du PEN Club hongrois (1998), le Prix de Traduction de la Communauté Française de Belgique (1999) et la bourse du CNL (2004).

Rédacteur depuis 1999 de la revue littéraire mondiale Nagyvilág fondée en 1956, il enseigne la poésie française, la traduction littéraire et l’écriture à l’Université Catholique Pázmány Péter depuis 1997.

Un choix de ses textes traduit par l’auteur, Lorand Gaspar, Sarah Clair, et Georges Timar a paru chez Taillis Pré (Signes de vie, Châtelineau, Belgique) en 2002. Ses deux récits ont été publiés en français en 2006 (Deux saltos vrillés, Éd. Széphalom, Budapest). Une poignée de ses nouveaux textes traduits vers le francais ont été publiés dans le recueil Trois poètes hongrois (Lackfi János, Tóth Krisztina, Imreh András), Murmure, Dijon, 2009.

István Tóth Pitya, graphiste, plasticien :

Entre 1974 et 1978 il entreprend des études d’Art à Budapest, et obtient son diplôme en 1986 à l’Ecole Royale d’Arts Appliqués de Budapest. De 1986 à 2001 il enseigne le dessin et le stylisme aux étudiants en arts graphiques et textiles à Pécs.

Actuellement, il est plasticien, graphiste et professeur de dessin, il participe et crée de nombreux projets d’art nationaux/internationaux et s’est vu attribuer plusieurs prix artistiques. Entre 1993 et 2015, plus de vingt expositions sont consacrées à ses oeuvres.

Son courriel et sa page Facebook

%d blogueurs aiment cette page :