Skip navigation

Ecarts

Lire la publication sur Calaméo

ou sur Issuu


Harry Szpilmann

est né à Liège en 1980. Adolescence passée en internat aux portes des Ardennes. Licences à l’Université Libre de Bruxelles, en philosophie et en arts du spectacle. Ensuite de quoi il s’envole pour le Mexique, où il passera plusieurs années. À Querétaro, à San Luis Potosi, à Guanajuato. Officiant comme professeur de français, et s’initiant à l’écriture ainsi qu’à la photographie. De retour à Bruxelles, il travaille quelques années dans l’enseignement spécialisé. Avant de repartir à nouveau pour Mexico City, où il réside encore aujourd’hui. Récemment, il a également séjourné à Berlin, New York, et Istanbul. Lauréat du Prix Emile Polak 2012 et de la bourse de poésie SPES 2015, photographe amateur et traducteur à ses heures, il est l’auteur de Sable d’aphasie, Ces espaces à la base, Les rudérales, Liminaire l’ombre, et Du vide réticulaire (à paraître prochainement).

Mara Spitia

(Mexique) est licenciée en arts visuels (faculté des beaux-arts de l’université de Querétaro) ainsi qu’en éducation artistique (centre des arts de San Luis Potosi). Elle a réalisé diverses expositions et a participé à de nombreuses expositions collectives. En 2009 et en 2014, elle fut sélectionnée au concours 20 de noviembre dans la catégorie peinture de l’année. En 2011, elle travailla comme assistante d’Alain Kerriou à la quadriennale des arts scéniques de Prague. Elle a également réalisé des projets scénographiques pour la compagnie théâtrale La Carrilla ainsi que pour Corazon Compañia. Son travail, portant sur la signification des objets dénués d’utilité, a souvent été rapproché de l’informalisme.

Dernièrement, elle a réalisé diverses installations et des interventions dans les espaces publics. Elle dirige aujourd’hui la Casa Bauen, espace d’échanges culturels où elle anime des ateliers expérimentaux, et chaque année elle dirige le festival Arte Armadillo.

%d blogueurs aiment cette page :