Revue de poésie contemporaine

formes

f

 forme.mouvement.

pro­jet mou­ve­ment temps

attente du mou­ve­ment vers vie sociale
quand café en ter­rasse le matin, encore nuit pour aube,
quand cha­leur par onde et points
quand rayons accourent inces­sam­ment dis­con­ti­nus

pour pré­sen­ta­tion dévoyée de soi aujourd’hui
comme tous jours
je
signi­fiant dégra­dé pour l’autre
tous autres
quand café bu, attendre l’heure

pro­jet mou­ve­ment mou­ve­ment pro­jet
encore
soi n’est pas objet
mais
corps action en puis­sance
dans une attente urgente.

peur rai­son ? Corps tremble en froid

mou­ve­ment temps pro­jet

corps sys­tème gelé
pour tous jours pour tous autres
aujourd’hui assis et demain
situé immo­bile comme pla­cé-là pour soi

illu­sion

ça arrive par-devers
fait pres­sion blesse et déchire
enjoint prend en main en pied
har­ponne et étrangle

temps pro­jet mou­ve­ment


 

forme.analyse.amour.

I.

l’envol d’une buse déporte l’idée de toi

dans la nuit intou­chable et muette,
où le ves­tige des lieux géo­mé­triques

.….….….….….….….….….….….….….….…..occupe le cœur de mon action.

II.
un ordre ancien confond ce mou­ve­ment
.….….….- le pas moteur du pas –
haut nuage
qui auto­rise mon aven­ture à l’heure où la logique éclaire ma pen­sée,
très haut amour
qui creuse le sillon par où je marche assu­ré­ment,

.….……embrasse la fatigue impa­tiente,

efface
la sueur
.…digresse
.….….….….….….….len­te­ment
amour

III.
amour sans fond

.….….…..comme rabo­té d’une humeur essen­tielle
amour amour
la cause de ton arra­che­ment révèle une excrois­sance pri­va­tive,
.….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….…..a mour


 

forme.carte.peinture.

(Pour Fré­dé­ric Khod­ja)

pas à pas vers mur bleu
point de fixa­tion pour billes convexes
vers mur bleu lisse que feuillage cra­quelle
et oiseaux comme lézards pro­mènent des cris uni­voques
sur mur bleu appa­ru par loin soleil Est
vers fuite liquide.

antennes mai­sons tour­ne­sols
vers hori­zon marin qui blan­chit
sur mur en camaïeu bleu
dans air mati­nal
quand doigts frottent contre mur
bleu, doigts saignent rouge
pour dou­leur pein­ture, manuel d’esthétique
quand
pas à pas vers mur bleu
pen­sée nage cou­rant chaud pour seul moteur.

jus­ti­fi­ca­tion
pro­po­si­tions axio­lo­giques incon­sé­quentes,
tant de juge­ments éva­nouis en mur bleu
ébloui par char jaune
qui dis­sipe toute volon­té d’action, ce jour

quand effet de coïn­ci­dences,
(inter­sec­tions heu­reuses de lignes cau­sales)
(diri­gées par inten­tions mépri­sées)
nous réunit encore contre pro­chains murs bleus.

je t’ai vu déjà.

Auteur(s) / Artiste(s)

Fabrice Magniez

Né en 1975, Fabrice Magniez habite à Tautavel (Roussillon). Un pied dans le monde du vin, l'autre dans celui de l'art contemporain. Poète. Prochaine intervention : 4ème MAP / manifestation d'art public organisée à Cerbère par Shandynamiques, été 2015.

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 188 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :