Skip navigation






la tristesse je l’ai mise dans un sac
au fond du congélateur
comme ça elle est oubliée
mais pas trop

quand je fouille pour un morceau
de viande des framboises
c’est toujours ce sac-là
qui vient à la main
son contenu rendu mystérieux par le froid

dans le manuel de congélation
rien n’indique combien de temps
on peut la conserver de cette façon












nous venons de parler d’elle
parce qu’elle est morte
nous l’avons mise en boîte
la boîte nous allons la brûler

maintenant le silence tombe
comme une cruche sur les dalles
chaque fragment garde
un souvenir de fraîcheur

dans le miroir nous voyons la fenêtre
la mer un arbre la terre qui penche
retenez ça
une belle tristesse

le sable ruisselle entre les racines
les feuilles oscillent
avec le chant du merle
des mots reviendront

je vous apporterai de l’eau
le passé qui dure
c’est le présent












par extension un article de foi
comme le nez rouge d’un clown
une paire d’oreilles en plastique

sincérité dans une tasse de thé
l’avenir tiède puis froid qu’on
remue avec une ferveur dévorante

dans les mains de la boue en guise
de lucidité dans la bouche
une graine de silence












l’après-midi danse sur le parquet endormi
on n’a pas ouvert les volets la musique entre
silencieusement par les interstices
quelques notes jaunes stridentes
quadrillent l’espace encadrent l’infini
tout le monde est là tout le monde
danse une chorégraphie exquise langoureuse
on dirait qu’ils glissent sur
des patins de feutre pour éviter de
brusquer la poussière tout le monde
est là tout le monde danse avec moi qui
suis resté à la porte les yeux rivés au sol
à regarder mes trébuchements












please

s’ouvre une parenthèse de silence
la salle se tortille gênée par cette
politesse étrange étrangère effrontée

savoir ce qu’on fait ne compte pas
l’important c’est d’assumer oser être
à l’aise face à l’ignorance confrontée

mais les assiettes se vident et les bouteilles
le monde commence à toussoter
par la fenêtre on voit passer une vie

thank you










Derek Munn est né en 1956 en Angleterre. Il vit en France depuis 1988 et écrit en français depuis une dizaine d’années. Il a publié :

– dans des revues Rue Saint Ambroise, Borborygmes, Dissonances, Pr’Ose !, Les Cahiers D’Adèle, Coaltar, Gelée rouge

– un roman, Mon cri de Tarzan (Léo Scheer/ Laureli, 2012)

-un recueil de nouvelles, Un paysage ordinaire (Christophe Lucquin éditeur, 2014)

http://www.m-e-l.fr/derek-munn,ec,1001






%d blogueurs aiment cette page :