Skip navigation






5


Qu’est-ce que tu veux dire d’autre
En poésie
Qu’est-ce que tu veux dire d’autre
A part que l’enfance est atroce
Que la vieillesse est horrible
Et qu’entre les deux
Entre le moment où tu échappes à tes parents et deviens libre un peu
Et le moment où se sont tes sphincters
Mous comme des méduses
Qui reprennent les rênes
Il y a l’age adulte
Qu’est-ce que tu veux dire d’autre
A part que ça ne dure pas longtemps
Que l’échappée est brève entre les deux enfers
Et que cet intermède
Faut le mettre à profit
Faut pas déconner
Faut le mettre à profit parce que le temps de se demander
De se demander quoi foutre
Il est déjà trop tard












10


Je me souviens du Heysel
Je me souviens de Tian’anmen
Je me souviens de Bagdad

Je me souviens du monde
Que je voyais en direct
A la télévision
Avant d’avoir vingt ans
Je me souviens de la mort, la mort, la mort

Je me souviens de Ceausescu
Je me souviens de Malik Oussekine
Je me souviens des voltigeurs de Pasqua
Je me souviens de la mort, la mort, la mort
Que je voyais en direct
A la télévision
Avant d’avoir vingt ans

Et là j’en ai quarante et que s’est-il passé ?
J’ai été exilé
Je n’ai plus la télé
Et de fait j’ai quitté
Ce monde












15


En-dehors de ce qu’on fait
Pour hâter notre mort
Du plaisir manifeste à la frôler de près
Et de ces autres trucs
Qu’on fait quand on la sent
Venir pour de vrai
De tous ces autres trucs
Pour gagner quelques mois
Quelques minutes
Il reste quoi ?
Hein ?
Il reste quoi ?












17


D’une façon générale
Tout ce qui est hors-sujet
Est sexy
Egalement sexy
Le ratage
Et sous toutes ses formes
Le bancal
Le de traviole
Le foireux












22


Regarder
S’éloigner
De l’orbite
Commune
Regarder
Refluer
Un peu plus
Chaque jour
Dans le noir
Un peu plus
Chaque jour
Dans le froid
Chaque jour / Encore un / Peu plus loin / Du soleil












25


Je me retire de plus en plus
En moi-même
Je suis un ressac et mon corps une grotte
Profonde
Où je reflue
Jusqu’à ce qu’on
Ne me voie plus
Où je reflue












50


Sur France-Inter ils croient
Les bienheureux connards
Que l’argot des ados
Verlan, mots inventés
Ça leur sert à parler
Sans que les parents pigent
Ce serait supposer
Espèces d’hypocrites
Que les adultes écoutent
Ce que disent les jeunes










Christophe Siébert est un écrivain français né en 1974. Issu de la classe ouvrière, sans diplôme universitaire ni activité salariée, il écrit loin des cercles littéraires parisiens et, en véritable parasite sacré, vit essentiellement du RSA.
En 1998, il fonde à Montpellier le collectif konsstrukt.
A partir de 2002, il lit ses textes sur scène et les publie dans de nombreux fanzines et revues, aussi bien que sur Internet.
En 2007, il publie à la Musardine son premier roman.
Entre 2008 et 2012, il édite la revue L’Angoisse, qui connaîtra 11 numéros et publiera le travail d’une centaine d’auteurs et de plasticiens.
Entre 2009 et 2011, il publie à la Musardine, sous la direction d’Esparbec, 6 romans pornographiques.
En 2013, il publie chez Gros Textes son premier recueil de poésie (un deuxième suivra en 2015).
En 2014, il est sélectionné pour la deuxième fois au Prix de Sade.

BIBLIOGRAPHIE

La place du mort, Camion Noir, 2014, sélectionné au Prix de Sade
Poésie portable (poésie), Gros Textes, 2013
Porcherie (nouvelles), autoproduction, 2013
Holocauste, Numériklivres, 2013
Sexe connexion, Numériklivres, 2012
Nuit noire, Rivière blanche, 2011, sélectionné au Prix de Sade, rééd. Trash Editions, 2014
Mi-pute mi-soumise, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Docile, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Détournement, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Chaudasse !, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2010
Le Mange-femme, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2009
Le Valet, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2009
J’ai peur, La Musardine, 2007, Prix Art-Psy

Son site : http://konsstrukt.wix.com/christophe-siebert






%d blogueurs aiment cette page :