Skip navigation






Poésie portable

(extraits)






7

dans ma tête je macère du matin au soir – quand quelqu’un m’en tire et me refait voir le monde – je me sens comme si j’étais une perruche en cage et que la couverture s’en va – de l’endroit où je suis je peux voir mes pensées et des arbres qui bougent agités par le vent












10

et je viens de comprendre que quand on place deux miroirs l’un contre l’autre face à face ils ne contiennent pas l’infini mais juste le néant contrairement à ce que je pensais quand j’étais un enfant












20

après trente ans des tas de choses s’accumulent – pas que des souvenirs ou des regrets mais des tasses aussi et des assiettes en nombre invraisemblable – des verres et tout ça se lave et se range et nous vole du temps et toutes nos fourchettes creusent notre tombe












33

j’ai été faire un tour dans l’ancienne année – à sept heures du soir – elle ressemble à la nouvelle à sept heures du matin












69

les moineaux – les moineaux qui quittent leur ligne à haute-tension – qui partent de partout – qui ont l’air soudain d’hésiter – qui groupés en nuée reviennent sur leur fil et puis n’en bougent plus – groupés et attentifs sous les nuages en mouvement












86

rouler sans but – n’aller nulle part – être certain de ne jamais se perdre – ne jamais savoir – délibérément – ne jamais savoir d’où on vient – ne jamais savoir – surtout pas – ne jamais savoir où on va – ignorer toujours – ignorer toujours où on est – être certain de ne jamais mourir – être une mouche – une putain de mouche – une mouche immortelle




Extraits du livre paru aux éditions Gros Textes, 2013 : http://grostextes.over-blog.com/2013/11/christophe-si%C3%A9bert.html










Christophe Siébert est un écrivain français né en 1974. Issu de la classe ouvrière, sans diplôme universitaire ni activité salariée, il écrit loin des cercles littéraires parisiens et, en véritable parasite sacré, vit essentiellement du RSA.
En 1998, il fonde à Montpellier le collectif konsstrukt.
A partir de 2002, il lit ses textes sur scène et les publie dans de nombreux fanzines et revues, aussi bien que sur Internet.
En 2007, il publie à la Musardine son premier roman.
Entre 2008 et 2012, il édite la revue L’Angoisse, qui connaîtra 11 numéros et publiera le travail d’une centaine d’auteurs et de plasticiens.
Entre 2009 et 2011, il publie à la Musardine, sous la direction d’Esparbec, 6 romans pornographiques.
En 2013, il publie chez Gros Textes son premier recueil de poésie (un deuxième suivra en 2015).
En 2014, il est sélectionné pour la deuxième fois au Prix de Sade.

BIBLIOGRAPHIE

La place du mort, Camion Noir, 2014, sélectionné au Prix de Sade
Poésie portable (poésie), Gros Textes, 2013
Porcherie (nouvelles), autoproduction, 2013
Holocauste, Numériklivres, 2013
Sexe connexion, Numériklivres, 2012
Nuit noire, Rivière blanche, 2011, sélectionné au Prix de Sade, rééd. Trash Editions, 2014
Mi-pute mi-soumise, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Docile, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Détournement, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2011
Chaudasse !, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2010
Le Mange-femme, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2009
Le Valet, La Musardine, coll. « Média 1000 », 2009
J’ai peur, La Musardine, 2007, Prix Art-Psy

Son site: http://konsstrukt.wix.com/christophe-siebert






%d blogueurs aiment cette page :