Skip navigation






Trois cahiers

(extraits)






Il avait une bouche grande comme pas grand-chose. Un doigt toujours posé devant pour l’empêcher de mordre le ciel.

 

Il le regardait du coin de l’œil, et dans l’angle de son regard, un dé de fer pliait les aiguilles acerbes de son ennemi.

 

Toujours une tache brunâtre obstruait sa peau au-dessus de l’os saillant qui dessine les faces. Un troisième œil qui pouvait regarder ailleurs. Un œil brun qui s’affairait dans le silence des nombres.

 

Et parfois, il baissait sa tête lourde sur sa masse de viande grasse, et il jurait. Il n’y avait plus que ça qui pouvait sortir de sa glotte.

 

Ainsi s’amenuisent les langues qui ont léché les crépuscules, et qui sont restées collées aux détails d’un rayon de poussière.

 












 

Le bois sec a sué sur les lèvres du monde, sa dernière goutte et sa dernière passion.

 

Et les hommes qui marchent laissent peser le monde sur leurs reins, dont le suc est extrait.

 

Il n’y a plus rien à tirer, souviens-toi. Pas même l’essence des choses qu’aucune ombre ne couvre.

 

Tout semble pourtant craquer son écorce stérile, et chaque craquement mesure l’écho fait au vide. Quelle force surgit pour achever la tâche et soulever la hache imperceptiblement ?












si peu peuvent si

peur sillonne sa source si

sale et si salissante

 

et si souvent j’ai chassé

l’esprit qui sirotait mon cœur

qu’à sac mon sceptre est resté

sans puissance et sans dessein

 

et l’autre ciel

 

six preuves pour signaler

son cil qui serre l’aube

entre ses mèches

six croix toutes neuves

en cime de ciment

oscillant dans l’espace

 

vit mes bras sans fardeau

soulevant sous le vent

sa lanterne éteinte et son

son de soupirs essaimés

 

et rien de plus rien de moins

 

j’avais si peur que seule

pouvais-je serrer

l’eau de la source tarie

salée salivante de ma sève

séchée










Chloé Charpentier, née en 1990 à Saint-Dié-des-Vosges. Engagée pour la poésie, pour son meilleur accès et la valorisation des gens de lettres. Fondatrice du collectif de poésie Le Mot Ment à Nancy (2012). Secrétaire générale du syndicat de défense des écrivains et gens du livre If (2014). Auteur de livres de poésie : Le Silence nous écoute (2012, Bookelis), Si l’eau est (2013, Bookelis), Liturgie des cendres froides (2013, Bookelis), et d’un recueil de nouvelles : Le Bruissement des feuilles (Bookelis). Ouvrages collectifs : Le Mot Ment, Dix tirs en Bic (Bookelis), Gagnante du concours Le Plumé (2014, Féden) nouvelles et poésie. Parutions en revues : Traction-Brabant (n°55), Mauvaise Graine (Juillet 2014), et à paraître :Verso, Cabaret. Blog : http://lefeudecamp.wordpress.com/ Contact : chloe.charpentier@live.fr






%d blogueurs aiment cette page :