Revue de poésie contemporaine

CeeJay

C

 

251 En mon cœur emmuré.

Sous les tôles du camp
Une touf­feur de four­naise.
Les plaies four­millent de vers
Et les yeux sont vitreux.
La boue des uri­noirs s’évapore len­te­ment
Lais­sant sous une vapeur sombre
Ram­per un fumet d’ammoniaque.

Cer­nés des ombres noires
Les enfants ne posent plus de ques­tions
Et s’en vont en silence
Cher­cher la claire bouillasse
Que sera jours après jours la pitance.

Mes pieds crissent sur la cendre
Des amis et des familles brû­lées.
Je crie et blas­phèmes en silence car je ne prie pas.
J’essuie des larmes sèches.
Les sco­ries rou­geoyantes me cal­cinent les cils
Quand je pose mon regard
Sur la bouche puante des che­mi­née du diable.

Les corps nus des com­pa­gnons d’infortune
Comme à l’étal des bou­chers
Se tiennent immo­biles.
Sur les cailloux gelés de la cour infer­nale.
Du haut des mira­dors le fais­ceau nous balaye
En quête d’un mou­ve­ment las.
Et s’il se fait un geste
La mitraillette cou­che­ra au hasard
Une volée d’entre nous
Et l’attente infi­nie sera recom­men­cée
Jusqu’au fond de la nuit.

Je ne pro­non­ce­rai pas le nom de ce lieu de mas­sacre
Aux planches pois­sées de sang qui a gar­dé mon âme.
Cela serait dan­ger de perdre un secret
En mon cœur emmu­ré
Où il reste plan­té lacé­rant comme une lame.

331 Sourire Berbère

Cher­cher encore l’Orient loin­tain.
Les roseurs des cimes et rou­geurs du matin.
L’oued sombre au pied de l’abîme
Qui n’interrompt jamais son ora­geux silence.
Les plages où le vent efface toute trace de vie
Face aux falaises de dunes
Trouées de caves pour pêcheurs
Aux airs aban­don­nés de grottes mil­lé­naires.
Le désert allu­mé de soleil
Qui scin­tille son silice sous la nue des cha­leurs.
Les lourdes cara­vanes de nuit
Aux cha­meaux impas­sibles
Sui­vis de leurs sombres pas­seurs,
Toutes esseu­lées au loin.
Les car­rés de luzerne au cœur des pal­me­raies.
Et ce caillou orange qui crisse sous la plante des pieds
A la len­teur du pas de l’âne.
Les soi­rées de pleine lune la ciga­rette fumante
Sur le bord du trot­toir,
Accom­pa­gné de trois amis bien enca­pu­chon­nés
Comme des ombres qui com­plotent
Dans le silence du som­meil des autres.
Quand l’air est immo­bile sous la voûte étoi­lée
Et que le blanc des yeux et des dents se donnent des sou­rires
Au fond des encoi­gnures obs­cures.

348 Paris rue Nuit bleue.

Tu ren­contres les êtres des pro­fon­deurs
Dans les tour­billons ombreux
De ta mémoire floue.
Les com­pli­ments de leurs paroles muettes
Marquent des silences entre deux mal­veillances.

Tu tra­verses des limbes tis­sés par l’imagination
Pris dans une étoile d’araignée.
Immo­bi­li­sé tu entends l’éclat de rire du saule pleu­reur
Qui lisait par-des­sus ton épaule
Les petits papiers chif­fon­nés dans ta main cris­pée
Cou­verts de tes poèmes mal­ha­biles.

Der­rière la vitre de ce que tu ne veux savoir
Se cachent les monstres qui te hantent.
Les pen­sées vagues inter­rom­pues
Par des som­no­lences incons­cientes.
Comme dans un train de nuit
Hyp­no­ti­sé par le ram-ram des secousses sur la voie
Inter­rom­pue par de longs arrêts en rase cam­pagne.

En plein jour tes rêves éveillés
Sont autre­ment plus fan­tasques et plus réels
Que les silences rouillés qui ont ron­gé tes nuits.

Tu des­sines une fenêtre et te jettes au tra­vers
Par­cou­rant les ter­rains neutres
Qui donnent l’illusion de vivre une autre vie.
Un air de jazz s’échappe d’un sou­pi­rail
Tu es le pas­sant immo­bile de la rue Nuit bleue à Paris.

Auteur(s) / Artiste(s)

CeeJay

CeeJay est né à Bruxelles le 10/09/1946, études à l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles, de nombreux voyages, des succès et des silences. CeeJay, a toujours été poète mais n’avait rien écrit après ses 17 ans, il peint depuis ses 14 ans grave, sculpte, touche à tout. Slameur par hasard en 2011, deuxième prix de la Maison de la Francité + de 300 textes en 2014 devenu poète au dire de ses amis poètes, invité à plusieurs festivals de poésie et à de nombreuses lectures en Belgique, France, Pays-bas et Maroc etc...
En attente d’édition chez Maelström Reevolution

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :