Skip navigation

La rivière aux anoures

Lire la publication sur Calaméo

13

ou sur Issuu


Camille Loivier

Camille Loivier, a dirigé Neige d’août, revue de poésie consacrée au lyrisme et à l’Extrême-Orient, depuis 1999.

Poétesse, elle a publié dernièrement Joubarbe (Potentille) en 2015, Ronds d’eau (Tarabuste) en 2013, elle a aussi publié dans différentes revues (Dans la lune, Petite, Europe, RBL, N4728, Remue.net, Rehauts).

Elle a écrit des textes poètiques pour le théâtre.

Traductrice du chinois et de littérature taïwanaise, elle notamment traduit Processus familial de Wang Wen-hsing, (Actes Sud 1999) ainsi que les poètes contemporains Hung Hung, Hsia Yu et Leung Ping-kwan.

Bibliographie

Poésie

  • Élégie à une pinsonne, Éditions Caractères, 2005
  • Il est nuit, Éditions Tarabuste, 2009
  • Enclose, Éditions Tarabuste, 2011
  • Wang Wen-hsing, Contre-Allées, 2011
  • Hôpitaux, avec des gravures d’Ena Linderbaur, Approches, 2013
  • Ronds d’eau, Tarabuste, 2013.
  • Connaissanc(e)s, avec des gravures de Jeanne Lesage, Isabelle Sauvage, 2014
  • Joubarbe, couverture de Nélida Medina, Potentille, 2015
  • La terre tourne plus vite, éditions Tarabuste, 2017

Anthologie

  • Voix intermédiaires, anthologie de poésie contemporaine, L’inadvertance, Publie.net, 2016
  • Couleurs femmes, Le Castor Astral, Le Nouvel Athanor, 2010
  • Enfances, regards de poètes, Editions Bruno Doucey, 2012
  • Littérature & poétiques, 2006-2011, La Maison des Littératures, 2011

Écrits avec la photographie

  • « La photographie est une sensation tactile », texte accompagnant Tracés d’Ariadne Breton-Ourq, Atelier de Visu, Marseille, 2008
  • « Se dévide fil après fil » in Yannick Lecoq, Avec mes yeux/Mit meinen Augen, Editions En Forêt/Verlag Im Wald, 2007
  • Immobile et sans façon, Sur une photographie d’Ariadne Breton-Ourcq, Filigranes, 1998

Écrits avec le théâtre

  • Les quatre frères de la lune, 1997
  • Adaptation poétique des Métamorphoses d’Ovide, 1998
  • Le rêve du papillon, texte poétique pour le théâtre jeune public Praxinoscope, 2002
  • Prunes vertes et cheval de bambou, théâtre jeune public Praxinoscope, 2015

et avec la musique…

  • Poème mis en musique par Christine Massetti, 2014,
  • Proposition de programme du Festival des Couzes, 2014
  • « Femmes compositrices du 17e à nos jours »

Traductions

  • Anthologie de poésie chinoise, époque Qing, Gallimard, La Pléiade, 2015
  • Dossier « Poésie taiwanaise de facto », Revue Europe, 1022-1023, juin-juillet 2014
  • Chihoi et Kongkee, Détournements, Atrabile, 2012 (bande dessinée)
  • En ces jours instables, Leung Ping-kwan, Hong-Kong, 2012.

Vincent Vergone

Formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts dans l’atelier de Jean Cardot, il découvre la projection lumineuse, notamment avec la lanterne magique, au début des années 90.
En 1995, il créé la compagnie Praxinoscope avec laquelle réalise de nombreux spectacles, quelques films d’animation, ainsi que des installations, mêlant toujours poésie, musique contemporaine et projection lumineuse.
A travers son travail de sculpteur, il concentre sa recherche sur le visage humain. Depuis 2011, ses sculptures sont exposées à la Galerie Bréheret à Paris.
Ces dernières années il a orienté son travail sur des problématiques écologiques et vient de créer Le jardin d’émerveille.

%d blogueurs aiment cette page :