Revue de poésie contemporaine

Tu rêvais d’un magnolia ouvert sur l’étendue d’un mot… (et autres poèmes)

T

Tu rêvais d’un magno­lia ouvert sur l’étendue d’un mot,
d’une nuit vio­lette sur le matin
tout enrou­lé d’un corps
igno­rant des menaces,
absout des ombres,
de cette clar­té qui fane
quand elle vient dans tes yeux.

Les pen­sées se perdent,
se rat­trapent,
accrochent des linges, une den­telle,
un lac de sable,
et par­fois,
dans plus rien qui assomme,
tu crois par­tir
un peu
de ta vie.

Tour­ner ce qui est pos­sible,
de dos et de pas tout droit tout droit.
Tour­ner la bouillie de la joie à la petite cuillère bien frap­pée,
un sou­rire des­si­né dans les che­veux,
sept voiles pour le cœur et des talons en miettes.
Tu dis « Fau­dra se ser­rer pour les mouettes… »

Tu passes ta main dans tes che­veux.
Tu regardes ta main,
le geste de ta main,
un des­sin dans l’air au-des­sus de ta tête.
Puis tu essaies de t’en sou­ve­nir tout le temps,
de ces quelques minutes de caresse.

Une inquié­tude vacille.
Tu vou­drais la cas­ser, brique à brique.
Plâtre et gra­vats. Ebou­lis.
Mon­ti­cule de pots de pein­ture, de papiers, de mégots,
un ou deux cous­sins, un verre, une tasse.
Le ciel ricoche sur les murs de la chambre
et pour le moment,
tu t’y appuies.

Les cou­leurs tombent dans la cou­leur.
Un auvent claque dans le bleu.
Tes mains pour­raient bien s’envoler
si elles ne tenaient pas ensemble,
là où tu les as lais­sées,
avec ta fou­tue peur
de n’être pas assez.

Auteur(s) / Artiste(s)

Brigitte Giraud

Brigitte Giraud est née en 1958 et vit à Bordeaux. Elle a écrit plusieurs recueils de poésie : Des ortolans et puis rien (éditions Pleine Page, 2005), La Nuit se sauve par la fenêtre (éditions Pleine Page, 2007, prix Jean-Follain), un essai (poétique) sur le trouble anorexique Le désespoir amoureux de la vie (éditions Le Bord de L'eau, 2009), et en 2012, son dernier livre de poésie Seulement la vie, tu sais (éditions Rafael de Surtis, dirigées par Paul Sanda)

Elle a aussi été publiée en revues dont N°4728 (n°17), Recours au Poème, Poème sale, Ecrits vains, Microbe, Paysages écrits, Terre à Ciel et Les mots plus grands que nous.

Elle tient un blog depuis plusieurs années : http://paradisbancale.over-blog.com/

Revue de poésie contemporaine

Suivez-nous

Abonnements

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à la revue et être averti de chaque nouvelle publication.

Rejoignez 184 autres abonnés

Articles récents

Auteurs & artistes

Méta

%d blogueurs aiment cette page :